Alerte à la poliomyélite aux Pays-Bas

Le 01 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les huîtres, meilleures avec du citron
Les huîtres, meilleures avec du citron
DR

Les autorités sanitaires néerlandaises déconseillent depuis le 22 septembre de consommer des fruits de mer crus issus de l’Escaut occidental. Et pour cause: en début de mois, le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline a accidentellement relâché 45 litres de liquide contaminé par le virus de la poliomyélite dans une rivière belge.

 

Le 2 septembre à midi, «le liquide a été rejeté suite à une erreur humaine survenue lors du processus de production de vaccins», au centre de production de Rixensart (Brabant wallon), annonçait trois jours plus tard l’Institut scientifique de santé publique (IFSP) de Belgique.

Après passage à la station d’épuration de Rosières, le liquide s’est retrouvé dans la Lasne, puis dans la Dyle, elle-même se retrouvant dans l’Escaut occidental, qui traverse les Pays-Bas pour se jeter en mer du Nord.

Pour l’IFSP et le Conseil supérieur de la santé de Belgique, «il n’existe aucun risque de santé publique pour la population», que ce soit pour les nageurs, les pêcheurs ou le personnel de la station d’épuration.

Le virus a en effet subi une forte dilution, et la population belge dispose d’une couverture vaccinale élevée contre la poliomyélite. De plus, les analyses menées (station d’épuration de Rosières, Lasne, Dyle) se sont révélées négatives pour la présence du poliovirus.

Pas d’huîtres pour les protestants

La situation est un peu moins certaine dans l’Escaut occidental, aux Pays-Bas. En particulier sur sa rive orientale: habitée par des communautés au protestantisme très orthodoxe, le taux de vaccination contre la poliomyélite y est plus faible que dans le reste du pays, explique le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC).

Pour l’Institut national de santé publique et d’environnement (RIVM) des Pays-Bas, l’eau elle-même ne pose pas de risques. Les fruits de mer, qui filtrent de grandes quantités d’eau, pourraient en revanche concentrer du poliovirus dans leurs tissus, au risque de contaminer le consommateur. Et même vaccinée, une personne peut porter le virus sans le savoir et infecter d’autres personnes.

L’Autorité néerlandaise de sécurité de l’alimentation et des produits de consommation déconseille pour l’instant de manger des fruits de mer crus (huîtres, moules, palourdes), ou bien propose de les cuire au moins 1 minute 30 à plus de 100°C, en l’attente de tests écartant tout danger sanitaire.

Complètement disparue d’Europe de l’Ouest, la poliomyélite a chuté de 99% dans le monde depuis 1988, passant de 350.000 cas à 406 notifiés en 2013, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS). S’il ne reste plus que trois pays d’endémie (Nigeria, Afghanistan, Pakistan), des cas sporadiques surviennent encore dans des pays voisins.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus