Aléas climatiques: la biodiversité, gage de stabilité

Le 15 octobre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des prairies plus résistantes
Des prairies plus résistantes
DR

Dans les prairies, la biodiversité végétale favorise la résistance aux événements climatiques extrêmes, selon une étude internationale publiée mercredi 14 octobre dans Nature. Corollaire: du fait de son érosion, le réchauffement climatique pourrait avoir des effets plus marqués.

Plusieurs études l’ont montré: la biodiversité serait bénéfique face aux aléas climatiques. Dans les prairies, une plus grande variété végétale permet à celles-ci de résister à une grande sécheresse ou à d’importantes  précipitations. Mais nul ne sait si elle agit sur leur résistance, à savoir sur la productivité primaire (production végétale par unité de surface) au cours de l’épisode, ou sur leur résilience, c’est-à-dire leur capacité à s’en remettre rapidement.

Reprenant les résultats de 46 études menées dans des prairies nord-américaines et européennes, Forest Isbell, de l’University of Minnesota Twin Cities de Saint Paul, et ses collègues apportent une réponse claire à la question. C’est la résistance qui est la plus sensible à la biodiversité, quelle que soit la sévérité, la durée ou le type d’épisode climatique extrême (sécheresse, précipitations).

Un impact diminué de moitié

Dans les prairies comportant de 16 à 32 espèces végétales, la productivité primaire ne baisse ainsi en moyenne que de 25% lors d’un tel épisode, contre 50% lorsqu’elles ne contiennent qu’une à deux espèces. En revanche, la biodiversité ne joue aucun rôle sur la résilience: quel que soit le nombre d’espèces dans la prairie, la productivité retrouve généralement, voire dépasse, sa valeur initiale l’année suivant l’épisode climatique étudié.

Selon le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), impliqué dans ces travaux, «la biodiversité stabilise la productivité des écosystèmes et les services écosystémiques qui y sont liés, essentiellement en augmentant leur résistance aux événements climatiques. En conséquence, les changements environnementaux actuels d'origine humaine, qui entraînent une érosion de la biodiversité, risquent de diminuer la stabilité des écosystèmes en modifiant leur résistance aux événements climatiques».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus