Albion: les éoliennes ne succèderont pas aux missiles

Le 30 octobre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La station d'écoute a-t-elle eu raison des éoliennes ?
La station d'écoute a-t-elle eu raison des éoliennes ?
Google Earth

Provence-Alpes-Côte d’Azur aura bien du mal à atteindre son objectif éolien. La région prévoit en effet d’exploiter 545 mégawatts en 2020, contre une cinquantaine actuellement. Ce n’est pas gagné. Ce vendredi 30 octobre, le préfet du Vaucluse a rejeté la demande de permis de construire du parc éolien du plateau d’Albion, déposée par EDF Energies Nouvelles (EDF EN) en début d’année.

Selon France Bleue, c’est la présence d’installations militaires qui motiverait la décision préfectorale. La préfecture du Vaucluse n’a pas donné suite aux sollicitations du JDLE. La Grande Muette est, il est vrai, très présente dans la région. Le plateau d’Albion abrite une base de 1.000 légionnaires, une station d’écoute de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), ainsi que le radar Graves de détection des satellites. Jusqu’en 1999, le plateau accueillait la base des missiles nucléaires stratégiques de l’armée de l’air.

EDF EN entendait installer 8 éoliennes de 1,8 à 2 MW de capacité unitaire. Adopté en 2013, le schéma régional éolien prévoit la mise en service de 40 MW sur le plateau d’Albion à l’horizon 2020 et de 190 MW d’ici à 2030.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus