Airparif met à jour l’inventaire francilien des émissions atmosphériques

Le 20 janvier 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Près de 3.000 tonnes de suies de carbone ont été rejetées en Île-de-France en 2012.
Près de 3.000 tonnes de suies de carbone ont été rejetées en Île-de-France en 2012.
EPA

Le réseau francilien d’analyse de la qualité de l’air (Airparif) vient de publier la dernière édition de son inventaire régional des émissions. Les dernières données disponibles datent de 2012. Quelques évolutions par rapport aux moutures précédentes: l’inventaire prend désormais en compte les émissions de carbone suie (2.800 tonnes par an), les rejets imputables à tous les aéroports franciliens ainsi que les émissions des hélicoptères effectuant une rotation depuis l’héliport d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

HAP et ammoniac

A l’exception des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de l’ammoniac, toutes les émissions sont à la baisse, que ce soit sur le moyen (2000-2012) ou le court terme (2010-2012).

Majoritairement produits par le résidentiel et tertiaire et le trafic routier, les rejets de HAP (3,8 t/an en 2012) sont pratiquement stables entre 2010 et 2012, mais ont baissé d’un tiers depuis 2000. L’essentiel des HAP rejetés en Ile-de-France sont des composés fluorés.

Stabilité, là encore, pour les émissions d’ammoniac, issues à près de 90% des activités agricoles. En 2012, les rejets annuels ont, comme en 2010, flirté avec les 6.000 t. Soit 14% de moins qu’en 2000.

le climat sauvé par l'électricité

Année du climat oblige, les gaz à effet de serre (CO2, méthane et protoxyde d’azote essentiellement) ont été scrutés à la loupe. Issues principalement, comme souvent, du résidentiel et tertiaire et du trafic routier (73% à eux deux), ces émissions ont atteint 41 millions de tonnes équivalent CO2, en 2012: -18% par rapport à 2000. Cette bonne performance s’explique essentiellement par le remplacement de nombreuses chaudières au fioul par des chauffages électriques, mais aussi par la diésélisation accélérée du parc automobile durant cette période.

La progression du chauffage électrique et la rudesse de l’hiver 2010 expliquent le bon résultat de l’année 2012 pour ce qui concerne les émissions de dioxyde de soufre (SO2): -13%, soit 14.000 t environ. En revanche, c’est le recul de l’usage du fioul lourd dans les centrales thermiques de la région qui explique la chute de 67% des émissions de SO2, entre 2000 et 2012.

Avec 74.000 t en 2012, les rejets de composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) baisse d’une dizaine de pourcents en deux ans. Mais de 59% en 12 ans. Pour autant, un gros effort d’éducation devra sans doute être mené pour poursuivre cet effort. Nos activités quotidiennes (utilisation de solvants, chauffage au bois et utilisation des engins de jardinage représentent près du tiers des émissions de COVNM.

le chauffage au bois émet bien des particules fines

Quel que soit leur diamètre (et leur capacité à pénétrer notre système pulmonaire), les particules sont en recul. Entre 2000 et 2012, les émissions de PM10 et de PM2,5 ont pratiquement baissé de moitié (16.000 t PM10 et 10.000 t PM2,5 en 2012). De bons résultats en grande partie imputables au remplacement progressif des foyers ouverts par des poêles à bois ou des inserts, beaucoup plus efficaces. Pour autant, rappelle Airparif, «le chauffage au bois en base et en appoint reste un contributeur important aux émissions primaires de particules, en 2012, avec 20% des émissions régionales de PM10 et 30% des émissions régionales de PM2,5». A noter également que le secteur agricole rejette 18% des particules PM10. Soit 7,5% de mieux que les émissions imputables à l’abrasion des routes et des pistes d’atterrissage et à l’usure des pneus et des plaquettes de freins.

Les oxydes d’azote (NOx) restent le poids lourd de la pollution atmosphérique régional: 95.000 t ont été émises en 2012, soit 44% de moins qu’en 2000. Avec 56% du total, le trafic routier reste le principal contributeur aux émissions de NOx, devant les logements et les bureaux (18%).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus