Aires marines protégées: jusqu’à 20 fois la mise

Le 04 juin 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un vivier de poissons
Un vivier de poissons

Les aires marines protégées (AMP) pourraient rapporter jusqu’à 920 milliards de dollars (815 milliards d’euros) d’ici 2050, soit 20 fois plus que leur coût, selon un rapport publié jeudi 4 juin par le World Wide Fund (WWF). Encore faut-il respecter les objectifs d’Aïchi.

Avec seulement 3,4% de la surface des océans en AMP, nous sommes loin de l’objectif de 10% prévu pour 2020 par les objectifs d’Aïchi de la Convention sur la diversité biologique (CDB), et encore plus des 30% prônés pour 2030 lors du Congrès mondial des parcs de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Pourtant, c’est un véritable trésor qui s’ouvrirait à l’humanité, révèle le WWF au terme d’une étude menée par l’université libre d’Amsterdam. Dévoilés en marge d’un sommet mondial sur les océans organisé à Cascais (Portugal), ces résultats montrent que, selon le scénario, les bénéfices nets se situeraient entre 490 et 920 milliards de dollars (entre 434 et 815 milliards d’euros) pour la période 2015-2050, si ces objectifs étaient respectés et en interdisant strictement la pêche dans toutes ces AMP.

Pour chaque dollar dépensé (création et exploitation des AMP, interdiction de pêche dans la zone), ce serait de 3 à 20 dollars qui seraient récoltés, que ce soit en matière de protection côtière, de stockage du carbone, de création d’emplois (150.000 à 180.000 d’ici 2050), de tourisme… mais aussi de pêche.

De meilleurs stocks de poissons

«Les AMP constituent un facteur majeur de reconstitution des stocks, de renforcement de la sécurité alimentaire à long terme et de consolidation des moyens de subsistance liés à la pêche», indique le WWF dans son rapport.

«Il est prouvé que les AMP augmentent la taille et la densité des poissons, la biomasse et la diversité des espèces. Cette évolution a également été constatée au-delà des aires protégées et s’explique par le fameux effet d’entraînement auquel participent les larves, les juvéniles et les adultes», ajoute-t-il.

«Cette année est tout particulièrement importante pour les océans», poursuit l’association. «En septembre prochain, les gouvernements se réuniront pour fixer une série d’objectifs dans le cadre de l’Agenda de développement durable post-2015 des Nations unies. Le WWF recommande d’insérer dans cet accord des objectifs et indicateurs ambitieux, ainsi que des engagements en faveur de cadres politiques, financiers, commerciaux et technologiques cohérents pour restaurer et protéger les écosystèmes océaniques», conclut-il.

Décidément en grande forme arithmétique, le WWF avait estimé fin avril que les bienfaits liés au milieu marin s’élevaient à 2.500 milliards de dollars par an (2.217 milliards d’euros), ce qui en ferait le 7ème «pays» le plus riche au monde.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus