Air: Strasbourg tâtonne sur les contours de sa ZFE

Le 01 octobre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Eurométropole cherche les contours de sa ZFE.
L'Eurométropole cherche les contours de sa ZFE.
DR

Alors que le Grand Contournement Ouest (GCO) reste un enjeu brûlant au plan local, Strasbourg s’attaque à la réduction de la pollution à l’échelle de l’Eurométropole, avec la mise en place d’une zone à faible émission (ZFE).

Elle a déjà banni de son centre-ville les plus de 7,5 tonnes au 1er septembre. Avec, à horizon 2021, l’objectif d’en refuser l’accès à tout véhicule diesel. Voilà que Strasbourg s’interroge désormais sur les contours d’une zone à faible émission (ZFE), qui s’étendra aux 33 communes de l’Eurométropole. Après Paris, puis Grenoble, la capitale alsacienne entend ainsi se mettre en conformité avec la réglementation européenne. Exit, d’ici 2020, les voitures dépourvues de vignette Crit’Air et les Crit’air 5. Il en sera de même pour les vignettes de niveau 3 et 4, sans précision sur la date d’entrée en vigueur de l’interdiction.
Avec ou sans l’A35?
Les élus de l’Eurométropole vont devoir régler un problème de taille: l’extension, ou non, de la ZFE à l’autoroute urbain A35 qui longe du nord au sud la capitale alsacienne. Celle qui est quotidiennement embouteillée. Celle qui devrait être ‘soulagée’ par la construction du GCO, enjeu d’une bataille féroce. Et quel véhicule inclure? Dans une tribune publiée par Rue89 Strasbourg, un collectif de riverains et l’association Strasbourg Respire estimaient que «tous les véhicules devraient être concernés, poids lourds, bus/autocars, voitures particulières et d’entreprises, mais aussi les deux-roues et les bateaux touristiques, de même que les véhicules immatriculés à l’étranger». Ces éléments restent à trancher. Le consensus semble acquis sur un point: il appartiendra aux services de l’Etat d’assurer la surveillance des véhicules.

Rennes rejoint la demi-douzaine de villes françaises qui ont instauré la circulation automobile différenciée en cas de pic de pollution sur la base des vignettes anti-pollution Crit'Air. Ainsi, à partir du 4e jour de pollution, les véhicules les plus polluants, soit 11% des véhicules, ne pourront plus circuler à l'intérieur de la rocade de Rennes Métropole. Objectifs: une baisse de 20% des émissions de dioxyde d'azote et de 21,5% des émissions de particules fines. La ville bretonne connaît 4 ou 5 épisodes de pollution par an qui durent plus de 4 jours.


 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus