- 

Air: Londres présente son plan anti-pollution

Le 26 juillet 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour l'avocat James Thornton, le plan gouvernemental reste très insuffisant.
Pour l'avocat James Thornton, le plan gouvernemental reste très insuffisant.
ClientEarth

Contraint par la justice à publier une stratégie anti-NOx avant le mois d’août, l’administration de Theresa May a concocté un programme flou s’étalant sur plusieurs décennies.

Il était moins une! C’est finalement ce mercredi 26 juillet que le gouvernement britannique a publié son train de mesures pour réduire la pollution aux oxydes d’azote (NOx) de l’air urbain. Devant son incapacité à abaisser les concentrations de polluants, la Haute cour de justice avait, au printemps dernier, condamné l’administration May à produire une stratégie ambitieuse de reconquête de la qualité de l’air avant le 31 juillet. Done.

Selon des chiffres officiels, la pollution atmosphérique tue plus de 40.000 personnes par an dans le pays et provoque une épidémie de maladies respiratoires, en particulier chez les jeunes enfants.

2,7 milliards de livres

Que trouve-t-on dans le plan conjointement concocté par les ministères de l’environnement et des transports? D’abord, un budget de 2,7 milliards de livres (3,01 milliards d’euros). Cette manne servira, d’ici à 2021, à financer l’achat de véhicules à faible émission (électriques compris), l’installation de bornes de recharge de voitures et de bus électriques, et à moderniser 3.000 vieux autobus.

Pas moins de 1,2 milliard sera consacré au développement de pistes cyclables et de chemins piétons. L’argent servira aussi à soutenir les collectivités locales qui souhaiteront mettre en place des dispositions anti-pollution.

Interdiction des véhicules thermiques en 2040

A l’instar du plan climat de Nicolas Hulot, le Royaume-Uni prévoit d’interdire, en 2040, la commercialisation de toute voiture consommant de l’essence ou du gazole.

Cela pourrait ne pas suffire. Sadiq Khan, le maire de Londres, a d'ailleurs annoncé la création d'une zone à ultra basse émission (Ulez). Dès 2019, les véhicules diesel de plus de quatre ans et les véhicules essence de plus de 13 ans devront s’acquitter d’une taxe de 12,50 livres (14 euros). Une autre taxe de 10 livres (11,7 euros) sera imposée dès le mois d'octobre aux voitures datant d'avant 2006 pour circuler dans le centre de Londres.

Calendes grecques?

Client Earth n’est pas tendre avec le plan gouvernemental. Dans un communiqué, l’association de juristes, à l’origine de la décision de la Haute Cour, estime «qu’il s’agit d’un plan qui en appelle d’autres» [ceux des collectivités notamment]. Reconnaissant que la décision d’interdire la commercialisation des voitures «fossiles» en 2040 est importante, James Thornton, le patron de l’ONG, considère aussi qu’il s’agit là d’une diversion qui n’apportera rien à la santé de ses concitoyens avant plusieurs décennies.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus