Air: Londres devra proposer un plan convaincant fin juillet 2017

Le 22 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Londres condamnée à proposer un nouveau plan.
Londres condamnée à proposer un nouveau plan.

C’est la justice qui contraint, à nouveau, le gouvernement britannique à agir pour réduire la pollution de l’air: d’ici fin juillet, il devra publier un plan solide. Chaque année, 40.000 Britanniques meurent prématurément de la pollution de l’air.

Le gouvernement britannique a jusqu’au 31 juillet 2017 pour rendre à nouveau sa copie pour réduire la pollution de l’air atmosphérique dans le pays. Ce ne sont pas les honorables membres du ‘Parliament’ qui l’ont décidé, mais les juges de la Haute Cour. Quinze jours après avoir vu annuler, pour la seconde fois, son plan pour la qualité de l’air, le gouvernement de Theresa May s’était plié à l’obligation d’en présenter une nouvelle version, avec une mise en œuvre dans des délais raisonnables. ClientEarth, l’association d’avocats spécialisés dans la protection l’environnement qui avait intenté l’action, proposait un délai de 8 mois, rejeté par le gouvernement. Las: la Haute Cour lui a donné 5 mois pour publier une première version et jusqu’au 31 juillet pour la version finale.

Moment de vérité

«Nous sommes ravis de ce jugement et par le fait que le juge n’a pas accepté le calendrier du gouvernement pour résoudre cette crise de santé publique, a déclaré James Thornton, le directeur de ClientEarth. Il est désormais temps pour lui de prouver qu’il se préoccupe vraiment de la santé des gens et de l’environnement et qu’ils prennent des décisions fortes contre la pollution de l’air dans ce pays.»

Chiffres erronés

La Cour a également ordonné la publication des données sur lesquelles le gouvernement avait fondé ses propositions précédentes. Il est établi que les ministres en charge étaient au courant qu’ils travaillaient sur la base de chiffres trop optimistes par rapport à la réalité, obtenus à partir de tests en laboratoire et non en conditions réelles de circulation.

Diesel au rencart

ClientEarth espère que les principales villes du pays seront désormais incluses dans les zones ‘air propre’ proposées (au lieu des 6 villes actuelles) et qu’une politique de mise à la casse des véhicules diesel les plus anciens sera menée parallèlement à un soutien financier des transports en commun.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus