- 

Air: la métropole lilloise adopte la circulation différenciée

Le 18 juillet 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'air lillois bientôt moins pollué?
L'air lillois bientôt moins pollué?
DR

Après Paris, Grenoble, Lyon-Villeurbanne, Lille est la quatrième agglomération française à mettre en pratique ce dispositif de lutte contre la pollution de l’air.

Les 12 communes de la métropole lilloise[1] devront mettre en pratique la circulation différenciée, a indiqué la préfecture du Nord. Dans un communiqué mis en ligne, ce mardi 18 juillet, les services de l’Etat soulignent que cette mesure sera mise en œuvre, dès le prochain épisode de pollution à l’ozone ou aux particules fines.

Paris, Grenoble, Lyon-Villeurbanne

Opérationnelle à Paris, Grenoble, Lyon-Villeurbanne, la circulation différenciée a pour objectif de restreindre, lors d’un épisode de pollution, l’utilisation des véhicules les plus polluants sur une zone déterminée. Elle repose sur l’utilisation du certificat Crit’Air qui répartit les véhicules en six classes en fonction de leur niveau d’émission, qui dépend de l’âge du véhicule et de sa motorisation.

Plus de 526 000 certificats ont été commandés en région Hauts-de-France, dont 270 000 pour le seul département du Nord.

Un épisode de pollution est caractérisé par les niveaux de concentration dans l’air de l’un des quatre polluants réglementés : particules fines PM10, ozone, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre.

deux procédures de déclenchement

Le déclenchement d’épisodes de pollution atmosphérique est prévu selon deux procédures:

- la procédure dite «d’information et de recommandation», pendant laquelle des mesures d’information et de recommandation sanitaires, et de réduction des émissions sont communiquées auprès du grand public.

- la procédure dite «d’alerte», pendant laquelle viennent s'ajouter aux mesures précédentes des mesures d’urgence de restriction ou de suspension de certaines activités arrêtées par les préfets sur leur territoire.

Mieux informer

L’arrêté interdépartemental relatif à la procédure d’information et d’alerte du public intègre les dispositions nouvelles suivantes:

  • - un déclenchement plus rapide des mesures d’urgence: la notion de persistance pour les particules fines PM10 est ramenée à deux jours au lieu de quatre précédemment, et étendue à l’ozone.
  • - le maintien des mesures sur plusieurs jours: les mesures s’appliqueront sans discontinuer tant que les conditions météorologiques restent propices à la poursuite de l’épisode de pollution.
  • - la consultation par les préfets d'un comité associant les collectivités territoriales, les services déconcentrés de l’État concernés, la chambre régionale d’agriculture et la chambre de commerce et d’industrie régionale, avant la prise de mesures réglementaires en cas d’épisode de niveau «alerte».

Les industriels aussi

Par ailleurs, cet arrêté demande aux établissements industriels régionaux les plus émetteurs de polluants atmosphériques de remettre aux préfets un plan d’actions à mettre en œuvre durant les épisodes de pollution.

Il fixe enfin une liste indicative de mesures d’urgence qui, en fonction de la durée, de l’intensité et de la nature de l'épisode de pollution, pourront être mises en œuvre par les préfets lors d’un épisode de niveau «alerte».

 



[1] Hellemmes, Lambersart, Lezennes, Lille, Lomme, La Madeleine, Marcq-en-Baroeul, Marquette-lez-Lille, Mons-en-Baroeul, Ronchin, Saint-André-lez-Lille et Sequedin.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus