Air: l’Etat exploite peu la recherche française

Le 25 octobre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans une évaluation du programme de recherche Primequal (1), datée de septembre et mise en ligne lundi 22 octobre, un rapport commandé par le ministère chargé de l'environnement reconnaît que le programme «a apporté des connaissances et des outils» mais qu'ils ont été «peu ou pas utilisés par les politiques publiques».

Plusieurs explications sont avancées: «La recherche et la décision publique ne fonctionnent pas sur la même échelle de temps; il peut se passer une longue période avant que le résultat puisse être utilisé par les décideurs. En outre, un certain degré d'incertitude entoure un projet de recherche et les résultats obtenus ne sont pas toujours ceux qui étaient attendus. Une autre explication réside dans le fait que le comité d'orientation a des difficultés à définir des orientations stratégiques et a donc en retour des réponses peu adaptées.»

Le rapport recommande d'associer des structures représentatives comme l'Association des maires de France (AMF) au comité d'orientation du programme «compte tenu de leur utilisation potentielle des résultats des recherches menées».

Primequal, qui existe depuis 1995, a pour objectif de fournir des données scientifiques aux décideurs et aux gestionnaires de l'environnement pour surveiller et améliorer la qualité de l'air.



(1) programme de recherche inter-organismes pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus