Air: l’ammoniac des émissions agricoles bientôt mieux connu

Le 01 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'élevage, première source d'émission d'ammoniac à l'état gazeux.
L'élevage, première source d'émission d'ammoniac à l'état gazeux.

Dix-neuf associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (Aasqa) ont mené une campagne de mesures de l’ammoniac en France. Environ 400 analyses ont été menées de février à mars 2016, afin de mieux connaître les concentrations de ce gaz principalement émis par l’agriculture et contribuant à la formation de particules et aux épisodes de pollution printaniers. 

 

Une quarantaine de points de prélèvement ont été choisis, situés tant en zones urbaines que rurales ou industrielles. Les prélèvements ont été effectués au même moment: cette simultanéité «permettra de comparer les niveaux de NH3 partout en France sur un pas de temps similaire», précise Airparif, qui anime la campagne de mesures.

 

L’ammoniac est principalement issu des traitements agricoles. C’est un précurseur important de la formation de particules secondaires telles que le nitrate d’ammonium et le sulfate d’ammonium, lorsque l’ammoniac rencontre des oxydes d’azote majoritairement émis par le trafic automobile, ou du dioxyde de soufre issu de la combustion du fioul et du charbon. En 2013, les seuls élevages français ont relargué 475.000 tonnes d’ammoniac dans l’atmosphère, soit 66% des émissions nationales, estime le Citepa.

 

Les résultats seront publiés en juin 2016.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus