Air intérieur: quand la moquette nous enfume

Le 05 mars 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La moquette, source de pollution à domicile
La moquette, source de pollution à domicile
DR

Cancérigènes, reprotoxiques, perturbateurs endocriniens… les moquettes recèlent un véritable bouillon chimique. Une étude menée par la société de conseil américaine Anthesis y révèle la présence de 59 produits dangereux.

 

Les moquettes ne sont pas des gages de qualité de l’air intérieur: longtemps qualifiées de «nids à microbes», ces revêtements contiennent en plus de nombreuses substances chimiques, aux effets toxiques pour la santé humaine.

Phtalates, métaux lourds, etc.

Dans une étude rendue publique lundi 5 mars, la société Anthesis indique avoir retrouvé 59 de ces substances, utilisés entre autres comme antimicrobiens, antifongiques ou retardateurs de flamme, aussi bien dans les fibres que dans l’épaisseur et dans les adhésifs. Parmi eux, des composés perfluorés, de la perméthrine (un biocide également utilisé comme insecticide en agriculture), des phtalates et des métaux lourds (mercure, cadmium, plomb).

10 substances extrêmement préoccupantes

Sur ces 59 substances, 10 sont même inscrites à la liste des substances extrêmement préoccupantes de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), et quatre d’entre elles figurent sur la liste d’autorisation, qui regroupe les agents chimiques interdits sauf autorisation spéciale.

Trente-sept de ces substances ne font l’objet d’aucune restriction d’usage dans les moquettes, bien que nombre d’entre elles n’ont pas fait l’objet d’une évaluation poussée, dénonce Anthesys.

Accélérer sur REACH

Dans un communiqué, Genon Jensen, directrice de l’association Health and Environment Alliance (HEAL), estime que «le rapport démontre à la Commission européenne et aux Etats membres qu’ils doivent accélérer la mise en place effective du règlement REACH, et qu’ils doivent respecter leur engagement de mettre en place une stratégie pour un environnement non toxique en 2018. C’est une grande opportunité de prévenir de nombreux cas de maladies chroniques, des effets sanitaires chez les plus vulnérables, dont les bébés et les enfants, ainsi que les professionnels  de cette industrie».



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus