Air intérieur: les raisons de l’échec des politiques publiques

Le 31 janvier 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans un article paru dans la revue Environmental health perspectives, des chercheurs nord-américains reviennent sur les facteurs qui empêchent la mise en place d’une meilleure réglementation relative à la qualité de l’air intérieur.

«Aux Etats-Unis comme dans les autres sociétés modernes, il est très difficile de réglementer les bâtiments privés, au contraire des bâtiments publics comme les restaurants ou les magasins», estiment les auteurs de l'article. Comment mettre en place des normes relatives à des comportements qui peuvent polluer l'air intérieur tels que les achats de produits, la présence d'animaux, le type de cuisine, de chauffage, etc.? D'autre part, il est délicat d'exiger des travaux à un particulier. C'est ce qui a amené les pouvoirs publics français à réglementer le taux de radon dans les écoles, prisons et autres bâtiments publics, mais pas dans les foyers, où, pourtant, l'exposition au radon peut être tout aussi importante.

Les auteurs remarquent également qu'aucun événement-clé n'a permis une prise de conscience des effets sanitaires de la pollution de l'air intérieur, au contraire d'autres types de pollution qui -aux Etats-Unis avec le feu de la rivière Cuyahoga (1) ou en Europe avec l'incident Seveso- ont réveillé les consciences. Par ailleurs, que ce soit la protection de l'atmosphère, des eaux, etc. il s'agit de protéger un «bien commun». Une caractéristique qui ne s'applique pas à l'air intérieur.

Autre raison essentielle: la réglementation sur l'air extérieur a porté sur les grandes usines et sur les véhicules neufs. La qualité de l'air intérieur dépend, elle, de nombreux facteurs et d'interactions complexes, ce qui la rend beaucoup plus difficile à réglementer.

Enfin, les chercheurs estiment que la science dédiée à l'air intérieur manque encore de données du fait de la difficulté à les enregistrer. L'insuffisance de données socio-économiques sur l'impact de la pollution intérieure en termes de maladies et de productivité ne permet pas non plus de motiver les politiques sur le sujet. Par exemple, personne ne connaît le coût lié à la construction de maisons «malsaines».

Malgré tous ces freins, les auteurs de l'article estiment qu'en améliorant l'éducation et l'information relatives à l'air intérieur, la situation pourrait s'améliorer. Cette solution a généralement prouvé son efficacité dans le domaine de la santé publique.



(1) En 1969, à Cleveland (Ohio), une nappe de pétrole flottant sur la rivière Cuyahoga prend feu et brûle pendant des heures; la rivière Cuyahoga se jette dans le lac Erié, l'un des cinq Grands lacs d'Amérique du Nord, qui représentent le plus vaste système lacustre du monde




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus