Air intérieur: des actions pour améliorer la prévention

Le 19 novembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 16 novembre, au cours d'une visite au CSTB sur le thème de la santé environnementale, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est montrée déterminée à ce que grand public et élus soient mieux informés sur les pollutions de l’air intérieur.

«Recenser, prévenir et limiter les risques sanitaires environnementaux dans les bâtiments accueillant des enfants»: ce guide adressé aux collectivités territoriales vient d'être publié par le ministère chargé de l'environnement. Concernant aussi bien les écoles maternelles que les lycées, il décrit 12 types de risque liés à l'air intérieur (champs électromagnétiques, bruit…), et les moyens de prévention adéquats. «Ce guide est l'illustration de la politique à mèner. Il s'agit de donner l'information et, pour ne pas inquiéter les gens, de l'accompagner d'éléments permettant d'améliorer les choses», a souligné la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne compte donc pas en rester là.

«Début 2008, il faut que l'on puisse sortir un guide pour le logement et un guide pour les bureaux, ainsi que des indices de qualité de l'air, simples au début puis évolutifs. Il faudra aussi annoncer une date de sortie d'un kit permettant aux élus de prévoir des campagnes de mesure dans les écoles dès début 2009», a-t-elle fait remarquer au président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), Alain Maugard. Selon Séverine Kirchner, responsable scientifique de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) et ingénieure au CSTB, la question des moyens financiers nécessaires reste encore posée, et le kit sera l'élément le plus difficile à mettre en oeuvre dans les temps.

Nathalie Kosciusko-Morizet a également demandé qu'une date soit fixée pour la sortie de l'étiquetage obligatoire des matériaux de construction et de décoration, mesure figurant dans les conclusions du Grenelle de l'environnement. Après sa visite dans une station de métro à Paris le 8 novembre concernant la pollution intérieure des transports en commun, elle souhaiterait par ailleurs que des travaux soient menés sur la qualité de l'air dans l'habitacle des voitures. Elle a invité le CSTB à engager une personne pour réaliser une thèse sur le sujet.

Enfin, la prévention contre le radon fera partie des priorités de la secrétaire d'Etat. Une exposition importante à ce gaz rare naturellement présent dans les régions granitiques ou volcaniques peut entraîner l'apparition de cancer du poumon (1) lorsqu'il s'infiltre dans les bâtiments. «Je souhaite créer un partenariat avec les régions Auvergne et Bretagne, sachant que l'Etat ne peut pas payer pour les appareils de tous les particuliers», a-t-elle annoncé, proposant qu'un document de communication sur les risques liés au radon soit réalisé avec le CSTB. Les particuliers restent en effet peu informés de l'existence d'appareils de mesure, pourtant simples à utiliser.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, l'air intérieur est «peut-être le sujet de santé environnementale pour lequel la France est la plus avancée». «Je souhaite que l'on monte en puissance sur ce sujet», a-t-elle souligné. Reste à voir ce qui sera prochainement décidé par les comités d'orientation du Grenelle qui auront cette question en charge.



(1) Voir l'article du JDLE «Le radon, un gaz qui gagne à être connu»






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus