Air: Ecologie sans frontière enfonce le clou

Le 23 octobre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

A deux jours de la table ronde finale qui doit établir les priorités de la politique environnementale des 5 prochaines années, une ONG met les pleins phares sur la pollution atmosphérique.

Après un premier coup d'éclat en juin (1), l'association Ecologie sans frontière a publié, lundi 22 octobre, la deuxième partie de son étude qui met en lumière «la sous-évaluation de la pollution de l'air, et la non-prise en compte d'un certain nombre de polluants très nocifs». La première partie portait sur l'agglomération parisienne; la seconde a pour thème les émissions de particules fines. L'ONG souligne les risques sanitaires des particules PM-2,5 et PM-10, et demande l'élaboration d'une nouvelle loi sur l'air, l'actuelle ayant «échoué dans la mise en oeuvre de son objectif: un air pur qui ne nuise pas à la santé».

Ecologie sans frontière déclare que «le trafic routier, et particulièrement les véhicules diesel, constitue le plus important émetteur de particules fines». Selon les chiffres officiels du Citepa, les PM-10 proviennent à 30% de l'agriculture et de la sylviculture, à 28% de l'industrie manufacturière, à 27% des secteurs résidentiel et tertiaire, et 11% du transport routier (2). Pour les PM-2,5, les transports routiers se trouvent également en quatrième position (12%), derrière le résidentiel/tertiaire (41%), l'industrie manufacturière (26%) et l'agriculture/sylviculture (17%) (3). Mais l'association de protection de l'environnement estime les inventaires d'émissions «à la fois anciens, incomplets et incertains». Le trafic routier et aérien et les émissions industrielles seraient particulièrement sous-évalués, et les particules secondaires ne seraient pas prises en compte.

Le rapport critique également l'absence de prise en compte des particules pour les déclenchements d'alerte. Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'écologie, avait annoncé au début de l'été une circulaire qui établirait, pour les PM-10, deux seuils à partir desquels des informations et des recommandations au public seraient diffusées (4). Prévu pour «avant la fin de l'été», le texte n'est toujours pas paru.







(1) Voir l'article du JDLE «Une ONG critique la réglementation sur l'air»





(2) Le reste provenant de la transformation de l'énergie (2%) et des autres transports (2%). chiffres de 2005





(3) Le reste provenant de la transformation de l'énergie (2%) et des autres transports (2%). chiffres de 2005





(4) Voir l'article du JDLE «Des précisions sur la circulaire relative aux particules»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus