Air: Bruxelles donne deux mois pour faire baisser les NOx

Le 15 février 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le NOx, ennemis du système respiratoire.
Le NOx, ennemis du système respiratoire.
DR

Allemagne, France, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni. Les 5 Etats finiront devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) s’ils n’effondrent pas dans les deux mois leurs émissions de NOx. Un dernier avertissement qui implique de sérieusement repenser la circulation routière.

Dernier avertissement. La Commission européenne a adressé ce 15 février un dernier avertissement à l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni. Les 5 Etats pourraient finir devant la CJUE s’ils ne montrent pas plus d’ardeur, dans les deux mois qui viennent, à respecter les limites en matière de pollution atmosphérique fixées pour le dioxyde d'azote (NO2) prévues par la directive sur la qualité de l’air ambiant. Des limites qui auraient dues être respectées depuis 2010.

La circulation routière est responsable d'environ 40% des émissions d'oxyde d'azote (NOx) dans l'UE. Au niveau du sol, la part relative de la circulation est beaucoup plus élevée (étant donné que les émissions des hautes cheminées industrielles sont diluées avant d'atteindre le sol). Sur le total des émissions de NOx provenant de la circulation, 80% environ sont dues aux véhicules à moteur diesel.

Une compétence mal mise en œuvre

Tout en reconnaissant qu’il relève de la seule compétence des Etats de choisir les mesures appropriées pour remédier aux dépassements des limites, «il n'en reste pas moins que des efforts beaucoup plus importants doivent être consentis aux niveaux local, régional et national», estime la Commission. Bonne fille, elle rappelle aux Etats les pistes à suivre pour réduire ces émissions: la réduction du volume global du trafic, le passage aux voitures électriques ou l'adaptation du comportement des conducteurs. Sans aller jusqu’à appeler à leur disparition, la Commission plaide pour une réduction des émissions des véhicules à moteur diesel.

Trois fois plus de morts que sur la route

La circulation routière est la source principale d’émission de ces polluants, qui causent chaque année la mort de près de 70.000 personnes en Europe. Soit presque trois fois le nombre de décès par accident de la route au cours de la même année, rappelle la Commission. En France, ce sont 19 zones de qualité de l'air qui ne respectent pas les normes communautaires, notamment Paris, Marseille et Lyon.

91.050 Italiens sont morts à cause de la pollution de l’air en 2013, selon les chiffres de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). 60% de la population urbaine est exposée à des concentrations en PM10 supérieures aux valeurs limites (50 microgrammes par mètre cube plus de 35 jours par an), contre 16,3% en moyenne au plan européen.

Fumées toxiques

«Ce que fait l’Europe aujourd’hui est essentiel. (…) Les Etats n’ont aucune excuse quand ils échouent à appliquer correctement ces lois, estime Louise Duprez, en charge des questions d’air au Bureau européen de l’environnement (EEB). Les enfants qui grandissent dans des aires urbaines méritent mieux que d’être obligés d’inhaler des fumées toxiques dont on sait qu’elles causent des bronchites, de l’asthme et quantité d’autres maladies.»

130 villes hors-la-loi

Des actions en justice portant sur le NO2 ont déjà été engagées contre 12 Etats membres, qui font actuellement l'objet de procédures d'infraction (à savoir Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pologne, Portugal, République tchèque et Royaume-Uni). 23 des 28 pays de l’Union –et 130 villes européennes- ne respectent pas les normes en matière de pollution de l’air.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus