Agriculture: un plan de performance énergétique assez mûr?

Le 04 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
tracteur
tracteur

30% d’exploitations agricoles à faible dépendance énergétique d’ici 2013. Les mesures qui doivent permettre d’atteindre cet objectif ont été présentées hier par le ministre de l’agriculture. Le bilan carbone des exploitations en est la principale.

Le ministre de l’agriculture Michel Barnier a présenté, mardi 3 février, un «plan de performance énergétique des exploitations agricoles» doté de 35 millions d’euros pour 2009. 30 millions lui sont alloués au titre du plan de relance de l’économie; 5 millions proviennent du budget du ministère de l’agriculture et de la pêche. Une partie pourrait aussi être financée dans le cadre du plan de relance européen et du second pilier de la Politique agricole commune (PAC), dédié au développement rural –le premier pilier englobant notamment les aides directes aux agriculteurs (1).

Le plan doit permettre de remplir un engagement du Grenelle, soit 30% d’exploitations agricoles à «faible dépendance énergétique» d’ici 2013.. L’objectif fait l’objet de l’article 28 du projet de loi Grenelle I, actuellement examiné au Sénat. La France comptait 367.900 exploitations agricoles en 2003, selon un rapport de l’Insee de 2007. Le secteur consomme 3 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) par an. Il a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 11% entre 1990 et 2007, selon Judith Jiguet, directrice de cabinet de la secrétaire d’Etat à l’écologie Chantal Jouanno.

Hormis cet objectif de 30%, le plan ne comporte pas d’ambition chiffrée de réduction de la consommation énergétique. «La connaissance statistique de l’énergie en agriculture repose essentiellement sur une enquête de 1992 (…). Une actualisation (…) est donc nécessaire», constate le ministère. Elle sera faite grâce à la réalisation du bilan carbone de 100.000 exploitations d’ici 2013. Ils constituent «la clé de voûte» du plan de performance. Le dispositif permettant de réaliser ces 100.000 diagnostics reste à mettre en place, et devrait être élaboré au plus tard le 1er janvier 2010. Un petit nombre de ces diagnostics a déjà été réalisé par les partenaires publics et privés du plan de performance (2). Ces derniers ont signé 6 conventions avec le ministère pour réaliser d’autres diagnostics.

Autre constat: les mesures du plan de performance sont concentrées sur les consommations d’énergie directes de l’agriculture, qui ne représentent «que» 40% de la consommation totale d’énergie du secteur. Pour réduire la consommation de fioul par les tracteurs, premier poste de consommation d’énergie directe, le ministère préconise le développement de la mutualisation du matériel, le développement du contrôle et du réglage des tracteurs ainsi que leur «éco-conduite». Cette mesure permet par exemple, pour un tracteur de 100 chevaux effectuant 600 hectares par an, d’économiser 900 litres de carburant et éviter l’émission de 3,5 tonnes de CO2.

Le plan ne vise qu’à «l’encouragement» de la réduction de la consommation des intrants. Les engrais azotés représentent pourtant une large part de la consommation énergétique indirecte du secteur, rappelle le ministère. Cette part représente 60% de la consommation énergétique totale du secteur. Toujours selon le ministère, c’est l’indice du prix d’achat du poste «engrais simples azotés» qui a le plus augmenté entre 2004 à 2008, passant de 116 à 208, contre 100 à 186 pour le poste «énergie-lubrifiants» sur la même période.

Les énergies renouvelables (ENR) dans les exploitations agricoles devraient aussi être développées, telles que la méthanisation ou le solaire photovoltaïque intégré au bâti. La première technique devrait pouvoir bénéficier prochainement d’une rubrique ICPE spécifique (3), a assuré Judith Jiguet. La seconde pourra bénéficier du troisième tarif d’achat de l’électricité solaire photovoltaïque présenté lors du plan Borloo sur les énergies renouvelables (4). La liste des investissements éligibles, les conditions d’accès au plan et les dossiers de demande seront disponibles dans les directions départementales de l’agriculture.

(1) Dans le JDLE «Bilan de santé de la Pac: interrogations sur la place de l’environnement»
(2) Ademe, GDF-Suez, EDF/APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture), Fédération nationale des coopératives d’utilisation de matériel agricole (FNCUMA), Cristal-Union et Sofiprotéol
(3) Dans le JDLE «Méthanisation: encore trop de barrières»
(4) Dans le JDLE «Borloo veut donner un coup de fouet aux énergies renouvelables»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus