Agriculture: l’accord PS-EELV fait bondir la FNSEA

Le 02 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Xavier Beulin, président de la FNSEA, a adressé une lettre le 28 novembre au candidat socialiste à l'Elysée, François Hollande. Le président du premier syndicat agricole français dénonce les effets «nuisibles» à la compétitivité de l'agriculture de son programme pour 2012.
Mais qu’y a-t-il dans cet accord qui fasse réagir si vivement celui qui est à la tête du groupe Sofiprotéol, un fonds d’investissement leader de la production d’agrocarburants en France?
 
«Le temps est venu d’une nouvelle ambition pour l’agriculture et la pêche.» Ainsi commence le chapitre agricole de l’accord conclu entre le parti socialiste et les Verts pour les élections présidentielles et législatives de 2012.
 
Un texte ambitieux qui affirme que «l’avenir n’est pas dans le productivisme intensif et dévoreur de pesticides. Une telle voie est une impasse pour les agriculteurs eux-mêmes, pour les revenus comme pour la santé, et pour les consommateurs».
 
Au niveau européen, l’accord indique que «c’est la refonte de la politique agricole commune (PAC) qui imposera la mobilisation du nouveau gouvernement français et de sa majorité: redistribution des aides plus équitable et abaissement de leur plafond, indépendance protéinique de l’Union européenne, réévaluation de l’aide aux petites fermes dans le cadre de la convergence des aides, conditionnalité de l’accès à la ressource et aux aides publiques».
 
Le programme commun PS-EELV envisage ainsi de réformer les soutiens publics en faveur de l’emploi et de l’environnement, l’aide à l’installation agricole, la refonte de la gestion foncière, la relocalisation de l’agriculture favorisant les productions de proximité en lien avec les collectivités locales. Et les socialistes de vouloir soutenir «l’agriculture paysanne et biologique pour atteindre les 20% de la surface agricole utile (SAU)» qui est aussi l’un des objectifs du Grenelle de l’environnement visé à l’échéance 2020. Mais, actuellement, seules 3% des terres agricoles sont exploitées en bio.
 
Les socialistes et les Verts proposent également de lutter à la source contre les algues vertes, de soutenir la pêche artisanale et la mise en place de nouvelles zones protégées pour les poissons en milieu marin, et de soutenir la «conversion vers une pêche écologiquement soutenable et économiquement viable».
 
Enfin l’accord propose la «suppression des politiques de soutien aux agrocarburants qui empiètent sur la production alimentaire».
Un des points importants de cet accord ne peut laisser de marbre le président du plus puissant syndicat agricole français. «L’un des premiers actes de la législature garantira le pluralisme syndical dans les interprofessions, condition d’un large débat démocratique», précise le document.
 
Dans sa lettre adressée à François Hollande, le président de la FNSEA insiste sur sa volonté de défendre «toutes les agricultures: conventionnelle, biologique, signes de qualité, une agriculture multiple à même de répondre aux attentes de nos concitoyens et de nos marchés».
 
«Les propositions PS-EELV, déplore Xavier Beulin, ne concernent que 20 à 25% des agriculteurs.C'est une agriculture de niche, mais que fait-on de tous les autres?»
 
Selon le journal Le Figaro, le président de la FNSEA aurait demandé un rendez-vous avec le candidat socialiste à la présidentielle.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus