Agriculture bio : le WWF dénonce la baisse du crédit d’impôt

Le 05 janvier 2011 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Dans un communiqué du 4 janvier, le WWF dénonce la réduction « drastique » du crédit d’impôt en faveur de l’agriculture biologique dans le cadre de la loi de finances pour 2011.

Trois autres associations avaient déjà dénoncé la diminution de ces aides le 15 décembre dernier, au lendemain du vote du budget 2011 par le Sénat [voir le JDLE].

« Cette mesure est en totale contradiction avec les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement qui prévoient d’atteindre 6 % de la SAU (surface agricole utile) française en bio en 2012 et 20 % en 2020 », souligne le WWF. A ce jour, la France n’occupe que le 22e rang pour sa part de surface en bio en Europe, avec 2,46 % de sa SAU. A titre de comparaison, l’Autriche est à 17,4 %, l’Italie à 7,9 % et l’Allemagne à 5,9 %.

Le WWF déplore la réduction de ce crédit qui passe de 3.500 euros sur trois ans à 2.000 € sur deux ans. « Les fermes de petite taille, sur des productions telles que l’apiculture et le maraichage notamment, seront les plus impactées par la mesure », explique l’ONG. « Avec la réduction du crédit d’impôt sur les panneaux photovoltaïques qui met à mal la filière, cette mesure confirme ce fait navrant : la régression en matière de politique environnementale est devenue un réflexe gouvernemental », ajoute-t-elle.

Des critiques auxquelles les ministres chargés de l’environnement et de l’agriculture répondent dans un communiqué du 4 janvier qui réaffirme leur engagement pour l’agriculture biologique. Le gouvernement rappelle qu’il a précédemment doublé la part nationale des crédits pour la conversion au bio, passant de 4,1 millions € en 2009 à 10 millions en 2010, sur un soutien global de près de 21 millions € (en comptant les aides européennes).

À compter de 2011 et dans le cadre du bilan de santé de la politique agricole commune (PAC), 50 millions € seront distribués pour le maintien de l’agriculture bio et 34 millions pour l’aide à la conversion. « Au total en 2011, 84 millions € accompagneront la production biologique contre 71 millions € en 2010 (+ 18 %) », arguent les ministres. Le gouvernement ajoute que les exploitations continueront à bénéficier du crédit d’impôt, jusqu’en 2012 inclus, à hauteur de 2.000 € par exploitation, cumulable avec les aides européennes jusqu’à 4.000 € au total, une possibilité qui « compense la réduction du crédit d’impôt et permet une meilleure utilisation des fonds européens ».

 Dans le JDLE « Le Bio décolle en France »



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus