Agriculture bio : le crédit d’impôt réduit de 50%

Le 15 décembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Le projet de loi de finances 2011, adopté lundi 13 décembre au Sénat, a réduit de moitié le crédit d’impôt dont bénéficient les agriculteurs convertis à l’agriculture biologique, déplorent Nature & Progrès, la Confédération paysanne et la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) dans un communiqué commun.

Le crédit d’impôt passe de 4.000 à 2.000 euros, précisent-elles. « Ce crédit d’impôt avait comme principal mérite de remettre un peu de justice dans l’attribution des aides, notamment parce qu’il ciblait surtout les petites structures qui n’en percevaient pas ou très peu », rappellent-elles.

L’agriculture biologique, soutenue par une forte demande des citoyens et des consommateurs, est en plein essor depuis 2009 [voir le JDLE]. « Ce secteur économique a pourtant encore besoin d’être aidé pour passer à une échelle supérieure comme le préconise le plan Bio-horizon 2012, porté par Bruno Le Maire [ministre chargé de l’agriculture] », souligne la Fnab. L’objectif de 20 % de la surface agricole utile (SAU) française en bio en 2020 (et 6 % en 2012) est en effet encore loin d’être atteint. Fin 2009, seuls 2,5 % de la SAU étaient convertis en bio. La Fnab estime que les budgets affectés par l’UE ne seront pas suffisants et la dynamique de conversion en 2012 risque d’être divisée par deux.

La Fédération met en cause l’influence de lobbies, soulignant « le scandaleux soutien accordé à hauteur de 196 M€ à la filière agro-carburants, une ineptie économique et sociale », alors que le crédit d’impôt biologique ne s’élève qu’à 17 M€.

Nature & Progrès, la Confédération paysanne et la Fnab demandent à Bercy de revoir sa copie, en accord avec les annonces du Grenelle.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus