Agriculteur: un métier à risques

Le 03 avril 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tracteur1
Tracteur1

En France, la protection sociale du monde agricole et rural, MSA, dénombre 1,2 million de salariés et 600.000 exploitants et entrepreneurs non salariés travaillant dans le secteur de l’agriculture. Cette population, qui connaît depuis 1991 un regain de croissance, est particulièrement exposée aux risques professionnels. Panorama de la situation.

Avec un volume annuel d'environ 110.000 accidents du travail et un indice de fréquence de 60 accidents pour 1.000 actifs, la profession d'agriculteur fait partie des métiers les plus à risques, derrière le BTP (91,6 accidents pour 1.000 actifs) mais devant la métallurgie (45,2) ou les métiers du bois et de l'ameublement (56,6). Les dernières statistiques en date révèlent une évolution en ciseaux avec, d'une part, une baisse de 40% de la fréquence des accidents chez les salariés entre 1978 et 2003 et, d'autre part, une hausse de la gravité se traduisant par une augmentation de la durée moyenne d'arrêt (+ 0,78 jours par an depuis 1981) et de la part des accidents graves parmi les accidents avec arrêt (de 11,9% en 1998 à 13,1% en 2003). «Les raisons de cette aggravation sont multiples, explique Jean-Paul Larrat, responsable de l'Observatoire des risques professionnels et du machinisme agricole au sein de la MSA. Un accident sur 5 est occasionné par l'utilisation d'outils, de machines ou de véhicules (tracteurs). Et 30% des accidents concernant les exploitants sont liés au contact avec les animaux».

En matière d'accidents mortels, on dénombre 10 décès pour 100.000 salariés, avec un taux de fréquence (1) plus important chez les exploitants (17 pour 100.000) que chez les salariés (8 pour 100.000). La France se situe ainsi en dessous de la moyenne européenne qui s'établissait, en 2000, à 12,6 décès pour 100.000 salariés dans l'Union européenne à 15. «Les accidents de la route, les accidents cardio-vasculaires liés au vieillissement de la population, mais aussi les chutes de hauteur ou les accidents liés aux machines sont les principales causes de décès», souligne Jean-Paul Larrat. Et de rajouter: «de manière générale, on constate que les personnes les plus touchées sont les individus les plus âgés, les jeunes embauchés et les saisonniers.»

Autre préoccupation majeure des agriculteurs: les maladies professionnelles (MP). 94% des MP proviennent de troubles musculo-squelletiques (TMS), dont 85% d'affections péri-articulaires. Les métiers les plus exposés sont ceux qui exigent les manipulations et des gestes répétitifs (découpe de la viande dans les abattoirs, taille de la vigne, activités de maraîchage…). «Pour ce type de pathologie, on constate une plus grande fragilité de la population féminine», déclare Jean-Paul Larrat. Les agriculteurs sont également exposés au bruit (1 salarié sur 3 est exposé à un bruit supérieur à 85 dB), aux agents chimiques (un salarié agricole sur 10 est exposé aux produits phytosanitaires et près de la moitié des salariés agricoles est exposée à un ou plusieurs produits chimiques) et aux poussières (poussière de foin ou de bois classées cancérogènes par le Centre international de la recherche sur le cancer). Enfin, la population agricole connaît d'importants problèmes de stress ou de dépression en raison de la quantité et du rythme de travail très soutenu, mais aussi à l'isolement et à la solitude. Une situation partagée par l'ensemble des agriculteurs européens (2) qui estiment, pour 40% d'entre eux, que leur métier est dangereux pour leur santé.



(1) Taux de fréquence incluant les accidents de travail et de trajets.
(2) Personnes travaillant dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus