Agents cancérigènes: Bruxelles veut abaisser l’exposition des travailleurs

Le 17 mai 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La silice cristalline touche surtout la construction
La silice cristalline touche surtout la construction

La Commission européenne a proposé, vendredi 13 mai, de nouvelles limites de seuils d’exposition des travailleurs à 13 agents chimiques cancérigènes. Ce qui permettrait d’épargner 100.000 vies dans l’Union européenne au cours des 50 prochaines années, indique-t-elle.

La proposition de Bruxelles vise à modifier la directive 2034/37/CE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes au travail. Un texte dont l’annexe 3, qui fixe les valeurs limites au niveau professionnel, est plutôt maigre: seuls trois agents chimiques y sont inclus, à savoir le benzène, le chlorure de vinyle monomère et les poussières de bois durs.

Dans sa proposition, la Commission propose de revoir à la baisse les valeurs des deux derniers: de 7,77 à 2,6 mg/m3 pour le chlorure de vinyle monomère, de 5 à 3 mg/m3 pour les poussières de bois durs. Surtout, elle propose 11 nouveaux agents chimiques, à savoir la silice cristalline alvéolaire, les composés du chrome, l'hydrazine, les fibres céramiques réfractaires, l’oxyde d’éthylène, le 1,2-époxypropane, l’acrylamide, le 2-nitropropane, l’o-toluidine, le 1,3-butadiène et le bromoéthylène. Des agents pour lesquels il existe des seuils dans plusieurs Etats membres, mais pas dans tous.

Pour la commissaire à l’emploi, Marianne Thyssen, «la proposition présentée aujourd'hui nous permettra de sauver quelque 100.000 vies sur les 50 prochaines années». Ou plutôt 99.000 décès d’ici à 2069, selon une estimation dressée lors d’une étude d’impact menée en vue du projet, mais uniquement pour la silice cristalline alvéolaire, dont le seuil est fixé à 0,1 mg/m3 d’air.

La silice cristalline, fléau de la construction

Classée dans le groupe 1 du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), celui des cancérogènes avérés, la silice cristalline alvéolaire se constitue de poussières produites lors de l'exploitation de mines ou de carrières, le percement de tunnels ou encore la découpe ou le broyage du béton, de la brique ou de la pierre, indique la Commission.

«Alors que certaines entreprises maîtrisent bien la concentration dans l'air de cet agent chimique, notamment grâce à un accord spécifique adopté en la matière par les partenaires sociaux, celui-ci représente néanmoins l'une des principales causes de la silicose, qui affecte les poumons, et du cancer du poumon d'origine professionnelle», ajoute-t-elle.

Dans le cadre de cette révision de la directive, plus de 20 agents chimiques prioritaires, auxquels environ 20 millions de travailleurs sont exposés dans l’UE, ont été ciblés par la Commission. Outre les 13 déjà choisis, «de plus amples travaux préparatoires sont nécessaires [pour les autres], la proposition s'y rapportant étant prévue pour la fin 2016 », indique-t-elle. Avec 53% des décès, le cancer est la première cause de mortalité professionnelle dans l’UE.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus