Agent orange: l’affaire est close pour la Cour suprême

Le 05 mars 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Cour suprême a rejeté lundi 2 mars la demande de Vietnamiens et de vétérans américains souhaitant la réouverture de deux actions en justice contre les sociétés Dow Chemical, Monsanto et d’autres fabricants de produits chimiques concernant l’usage de l’herbicide agent orange pendant la guerre du Vietnam.

Les plaignants estiment être victimes de dommages dus à leur exposition au défoliant. La Cour suprême a refusé de revoir ce jugement rendu l’an dernier par une cour d’appel de New York, au motif que l’agent orange avait été utilisé comme défoliant, et non comme une substance toxique visant des populations humaines.

Les Vietnamiens souhaitaient que le dossier obtienne le statut de «class-action» pour des millions de compatriotes. D’après eux, les compagnies chimiques sont responsables d’avoir approvisionné l’armée américaine en agent orange, aspergé dans le sud du Vietnam dans les années 1960, en violation du droit international.

Les vétérans américains estimaient que la cour d’appel s’était trompée dans son jugement en déniant aux compagnies toute responsabilité.

En 1984, 7 compagnies chimiques dont Dow Chemical et Monsanto étaient parvenues à un accord de 180 millions de dollars avec des vétérans américains estimant l’agent orange à l’origine de problèmes sanitaires.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus