Afrique du Sud: nouveau record pour le braconnage de rhinocéros en 2012

Le 10 janvier 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
668 rhinocéros tués l'an dernier
668 rhinocéros tués l'an dernier
© Mark Carwardine - WWF

Le gouvernement sud-africain a annoncé, ce 10 janvier, que le massacre des rhinocéros s’était encore aggravé avec 668 animaux tués en 2012, contre 448 l’année précédente.

Sans surprise, c’est encore au sein du célèbre parc national Kruger, dans le nord-est du pays, que le braconnage a été le plus important avec environ 60% des rhinocéros tués. Un tiers des animaux vivaient par ailleurs dans les provinces du nord-ouest, du KwaZulu-Natal, et du Limpopo.

Alors que l’année 2013 vient à peine de démarrer, le ministère de l’environnement déplore d’ores et déjà 5 rhinocéros tués.

Si le braconnage se développe autant, c’est en raison de la forte demande asiatique en poudre de corne et de la situation particulière de l’Afrique du Sud, qui abrite à elle seule trois quarts des 20.000 rhinocéros blancs d’Afrique et des 4.800 rhinocéros noirs, qui se trouvent en danger critique d’extinction.

Les autorités ont essayé, sans succès, d’enrayer le phénomène. Les arrestations liées au braconnage ont certes augmenté, passant de 165 en 2010 à 267 l’an dernier. Des primes, allant jusqu’à 90.000 euros, ont été proposées à quiconque permettrait d’arrêter des braconniers. Enfin, les critères d’attribution des permis de chasse ont été revus à la hausse.

Pourtant, le massacre de rhinocéros a littéralement explosé depuis 2007. Cette année-là, 13 animaux ont été abattus: 50 fois moins qu’en 2012.

Le 6 janvier, 27 kilogrammes de corne de rhinocéros, représentant plus d’un million d’euros, ont été saisis aux aéroports de Bangkok (Thaïlande) et d’Hô Chi Minh-Ville (Vietnam).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus