Afrique du Sud: la corne de rhinocéros bientôt en vente légale?

Le 26 novembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En 2014, 1.215 rhinocéros braconnés en Afrique du Sud
En 2014, 1.215 rhinocéros braconnés en Afrique du Sud
DR

Un juge sud-africain du tribunal de Pretoria a décidé, jeudi 26 novembre, de lever le moratoire sur la vente de corne de rhinocéros dans le pays, mis en place en 2009 afin de lutter contre le braconnage. La demande émane d’éleveurs de rhinocéros, au prétexte que l’interdiction de ce commerce a relancé la chasse illégale.

Le débat n’est pas neuf: vaut-il mieux interdire totalement une pratique moralement condamnable, ou l’autoriser sous contrôle strict afin d’endiguer une chasse illégale? Pour la corne de rhinocéros, qu’il est possible de prélever à l’animal par anesthésie générale, les tenants de la seconde solution viennent de marquer un point décisif.

Saisi en septembre par deux éleveurs sud-africains de rhinocéros, le juge Francis Legondi du tribunal de Pretoria a décidé de lever le moratoire mis en place en 2009 sur le commerce de corne de rhinocéros dans le pays. Sans se prononcer sur le bien-fondé de l’interdiction, il a estimé que le gouvernement aurait dû consulter le public à ce sujet –ce qui n’a pas été fait.

La décision n’a trait qu’à la vente de corne de rhinocéros en Afrique du Sud, le commerce international demeurant interdit selon les règles de la Cites [1]. Et toute transaction devra faire l’objet d’un permis délivré par les autorités.

Le braconnage en plein boom

Comptant 20.700 rhinocéros blancs, soit 80% de la population mondiale, l’Afrique du Sud a en effet vu une explosion du braconnage ces dernières années: selon l’association sud-africaine Save The Rhino, le nombre d’individus braconnés est passé de 13 en 2007 à 122 en 2009 (année du moratoire), jusqu’à 1.215 en 2014. Au 27 août dernier, 749 rhinocéros avaient déjà été abattus en 2015.

Sur son site internet, Save The Rhino dénonce le fait que la motivation des éleveurs n’était autre que financière, mais reconnaît ne pas avoir d’opinion arrêtée sur la reprise d’un commerce légal: «nous sommes actuellement en train de peser le pour et le contre d’une telle proposition».

«Il n’existe pas de baguette magique contre cette crise: le seul commerce légal ne marchera pas, et les seules patrouilles anti-braconnage non plus. La vraie question, c’est de savoir quelle combinaison d’approches adopter pour s’assurer que la population de rhinocéros augmente de nouveau», ajoute l’association.

Le ministère des affaires environnementales se trouve lui-même très embarrassé par l’affaire. Dans un communiqué, il annonce faire appel du jugement, suspendant ainsi la levée de l’embargo. Toutefois, l’Afrique du Sud envisagerait de plaider pour la réouverture du commerce international de corne de rhinocéros, lors de la conférence mondiale sur les espèces sauvages qui aura lieu à l’automne 2016 à Johannesburg, indique Save the Rhino.

[1] Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus