Afaq-Afnor, une alliance contre la concurrence

Le 12 janvier 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
afnor
afnor

Deux acteurs majeurs de la certification ont officiellement fusionné avec un objectif commun: être compétitifs face à une concurrence toujours plus motivée et surtout compétente dans un métier qui tend à prendre une dimension plus internationale.

La fusion annoncée jeudi dernier par François Ailleret, président de l'Agence française de normalisation (Afnor) et Jacques Texier, président de l'Association française pour l'assurance de la qualité (Afaq) couvait plus précisément depuis l'union entre les deux organismes en mai 2003. «Nous avons dû oeuvrer de manière progressive car nous étions deux associations loi 1901 et du point de vue juridique il n'a pas été évident de fusionner pour créer une entreprise avec des activités commerciales», explique Sandrine Tranchard, responsable de la communication au sein de la nouvelle entité.

L'Afnor n'entre pas dans son ensemble dans la nouvelle société, son activité de normalisation, mission de service public déléguée par l'Etat, demeure associative tout comme le pôle de diffusion de l'information qui y est rattaché. Pour ce métier, elle reçoit en effet des subventions étatiques. Mais il est intégré au sein du groupe Afnor qui ne dispose d'aucun fondement juridique. La société par actions simplifiées (SAS) intègre la filiale Afnor-certification et l'Afaq. Les deux entités doivent poursuivre la mutualisation et la mise en complémentarité de leurs activités commencées depuis leur union. L'Afnor-certification assurait la qualité, essentiellement de produits, sur la base de normes comme la marque NF et de services (tourisme, déménagement, etc.), quand l'Afaq accordait des certifications de systèmes aux entreprises selon notamment les normes Iso 9.001 ou Iso 14.001. L'Afnor avait récemment cédé son activité naissante de certification de systèmes à la demande des pouvoirs publics et des professionnels. La Sas comprend aussi une filiale spécialisée dans la formation Cap Afnor et un pôle appelé Afaq-Afnor international.

«L'objectif est de pouvoir faire face à la concurrence nationale et surtout internationale puisque l'Afaq est déjà leader dans l'Hexagone. Nos concurrents comme SGS et Bureau Veritas ont un poids non négligeable notamment dans les autres pays européens. Même si l'Afaq accorde 25% de ses certifications à l'international déjà, notre entité doit poursuivre ses efforts», poursuit Sandrine Tranchard. Il s'agit donc de gagner de nouveaux clients mais également de constituer "un guichet unique" pour ceux qui achetaient des services aux deux organisations. Au sein de la Sas, on ne cache pas que l'expertise de l'Afnor et ses relations étroites avec le pôle de normalisation vont également lui servir. La nouvelle entreprise peut se targuer d'avoir un chiffre d'affaires consolidé de 130 millions d'euros (incluant les activités d'Afnor liées à la normalisation) et un effectif de 900 personnes. Les vrais développements de synergies ne débuteront que l'an prochain, cette année étant davantage dédiée à la construction et à la fidélisation des clients de la Sas. Il reste toutefois que les concurrents pourraient ne pas accepter cette fusion dans laquelle le nouveau groupe va bénéficier de l'image institutionnelle de l'Afnor.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus