Aéroports: importante saisie d’aliments illicites en octobre

Le 05 décembre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Saisie de viande de brousse à Roissy
Saisie de viande de brousse à Roissy

Plus de 4,6 tonnes de nourriture illicite, dont de la viande de brousse, ont été saisies fin octobre dans des aéroports français, a annoncé fin novembre la Direction générale des douanes.

Menée dans une quarantaine de pays du 22 au 31 octobre, cette opération, dénommée «Hope», «avait pour objectif de lutter contre les trafics de spécimens protégés par la Convention de Washington et les importations de viande de brousse (viande provenant d’animaux sauvages d’Afrique)», indique la direction dans un communiqué.

Un commerce illégal touchant aussi bien les espèces animales que végétales, vivantes ou mortes, et qui arriverait en troisième position derrière celui des armes et de la drogue. Outre le fait qu’il touche des espèces protégées, il fait peser un risque sanitaire sur les pays où ces denrées pénètrent, notamment de fièvre Ebola, grippe aviaire ou fièvre aphteuse, rappelle la direction des douanes.

Rien qu’en France, l’opération a permis de saisir «près de 813 kilogrammes de viandes d’origines diverses (dont 318 kg provenant d’animaux sauvages), près de 1,1 tonne de poissons et mollusques, 1,5 t de viandes/poissons/légumes en vrac, 1,2 t de fruits et légumes et plus de 70 kg de chenilles», détaille la direction. Parmi les viandes, du serpent, du crocodile, de la chèvre, du bœuf, du mouton, de l’éléphant, de l’antilope, du porc-épic, du pangolin et du singe.

Au-delà des produits non alimentaires, la direction cite «de l’ivoire brut et travaillé, 132 tortues, des cobras et scorpions conservés dans de l’alcool, 370 bénitiers ou encore 2 cornes de rhinocéros d’une valeur de plus de 300.000 euros au marché noir».

«La grande majorité de ces produits ont été saisis à Roissy [aéroport Charles-de-Gaulle, ndlr] sur des passagers en provenance d’Afrique de l’Ouest», mais aussi à l’aéroport de Paris-Orly, à Marseille et à La Réunion. Soit un total de 345 infractions sanitaires et d’«une vingtaine» d’autres à la Convention de Washington.

Adoptée en 1973, entrée en vigueur en 1975, la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), ou «Convention de Washington», compte actuellement 176 Etats membres. Parmi les rares non-signataires, l’Angola, la Corée du Nord, Haïti, l’Irak, le Liban, le Tadjikistan et le Turkménistan.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus