Aéroports de Paris recycle ses eaux pluviales

Le 29 mars 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Aéroports de Paris, qui dispose d'une plate-forme de récupération des eaux pluviales, utilise depuis l'été dernier une partie de ces eaux pour alimenter la production de sa climatisation l'été. L'entreprise économise ainsi 70.000 mètres cubes d'eau.

La récupération des eaux pluviales n'est pas seulement un thème en vogue chez les particuliers ou dans le secteur de la construction, comme le montre l'exemple d'Aéroports de Paris (ADP) sur Orly. L'entreprise avait mis en place un Système de traitement des eaux pluviales (Step) en 1996 pour solutionner son problème d'eaux pluviales qui étaient rejetées dans les cours d'eau proches, l'Orge et la Seine, chargées de polluants au contact des pistes imperméables de l'aéroport, soit un tiers de ses terrains. Les hydrocarbures certes, mais le glycol, issu du dégivrage des avions, est également à prendre en compte. Les eaux pluviales sont alors drainées par un ensemble de collecteurs profonds. Le réseau comprend 150 kilomètres de canalisations et 96 séparateurs d'hydrocarbures, qui permettent de freiner l'arrivée de trop grosses charges de polluants dans le Step. Les eaux passent ensuite dans des pompes différentes selon le mode de traitement, avant le stockage dans deux lagunes d'une capacité totale de 65.000 mètres cubes.

Depuis l'été 2004, ADP a décidé d'utiliser une partie de ces eaux, qui après être traitées, étaient rejetées dans le milieu naturel. Objectif: alimenter la centrale frigorifique et plus particulièrement le système de climatisation pendant la période estivale. Les eaux subissent une chloration dans la Step avant d'être acheminée vers les quatre tours aéro-réfrigérantes où elles subissent d'autres traitements préventifs notamment contre les légionelles. Un tiers de l'eau s'évapore dans le processus, le reste est évacué avec les eaux usées. Cette initiative a nécessité la mise en place d'un réseau d'environ deux kilomètres et demi pour un investissement compris entre 350.000 et 400.000 euros. L'impact est environnemental mais aussi économique, puisque ADP économise 70.000 mètres cubes d'eau «et à trois euros du mètre cube, c'est tout de même important», note Hugues de Gervilliers, responsable du secteur énergie et logistique chez ADP. L'eau recyclée alimente aussi, dans une moindre mesure, des bâches de rétention utilisées dans les exercices incendie de la Société de manutention des carburants aériens (SMCA) qui distribue du kérosène. «Ce développement a été possible en raison de la proximité géographique de ces bâches par rapport à la Step», explique Stéphane Colbert, responsable de la maintenance et du génie civil chez ADP.

Sa consommation totale est de 700.000 mètres cubes par an et l'entreprise traite quatre à six milliards de mètres cubes, elle peut donc envisager d'autres utilisations. «Nous y pensons, mais relier la station de lavage ou les sanitaires de l'aérogare nécessiterait de nombreux frais pour construire les réseaux séparatifs», assure Stéphane Colbert. L'entreprise n'envisage pas non plus de vendre cette eau purifiée, «ce n'est pas notre coeur de métier», poursuit-il. A la Lyonnaise des eaux, exploitant de la station, on constate une demande de plus en plus importante des industriels sur ce type d'installation pour la gestion de l'eau, comme l'explique Emmanuelle Lucas, responsable assainissement: «Ils veulent une analyse complète du cycle de l'eau afin de réduire la consommation d'eau potable. Mais l'objectif de départ est économique, il devient environnemental seulement par la suite.»

Les ingénieurs d'ADP réfléchissent désormais à rendre le système plus performant par une éventuelle diminution du traitement des eaux pluviales pour se concentrer davantage sur les premières eaux qui arrivent dans le Step: elles sont plus chargées en polluants. Ils se penchent aussi sur une possible réduction d'énergie engendrée par le système.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus