- 

Aéroport de Roissy: de nouvelles contradictions

Le 03 avril 2008 par Agnès Ginestet
>  ,
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
aeroport roissy
aeroport roissy

Comme il l’avait annoncé en juin 2007, le président de la République Nicolas Sarkozy précise les modalités d’élaboration d’une charte de développement durable pour l’aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle. Le trafic aérien et l’urbanisation de cette zone ne cessent pourtant d’augmenter.

Alors que le terminal 2E vient de rouvrir et que son extension est prévue pour 2010, l’aéroport de Roissy dépasse désormais celui de Dallas aux Etats-Unis avec près de 60 millions de passagers en 2007. Au même moment, Nicolas Sarkozy souhaite que l’augmentation du trafic aérien et le développement économique et urbain autour de cet aéroport soient conciliés avec l’amélioration de la qualité de vie des riverains. Il a pour cela chargé le président du Conseil économique et social (Ces) Jacques Dermagne de la réalisation d’une charte développement durable d’ici le 30 septembre. La lettre de mission datée du 4 février précise que des commissions thématiques incluant, entre autres, les opérateurs aéroportuaires et les riverains soumettront leurs propositions, et que les engagements porteront notamment sur la maîtrise des nuisances sonores et de la qualité de l’air à proximité de l’aéroport.

Patrick Kruissel, président de l’Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar), estime que la priorité serait d’abord d’appliquer la charte de qualité de l’environnement sonore de l’aéroport de Roissy datant de 1998. «Sur certains points, , comme la création d’instruments de contrôle du niveau de bruit, il n’y a pas eu d’avancée, car nous n’avons aucun moyen de vérifier les progrès dont on nous parle», ajoute-t-il. L’Advocnar souhaite l’arrêt des vols de nuit et un plafonnement du nombre de vols à Roissy.

De son côté, l’association les Amis de la terre souhaite faire entendre sa position dans le cadre de l’élaboration de la charte, même si ses membres restent dubitatifs quant à son efficacité. «Nous souhaitons qu’une enquête publique soit proposée pour toutes les constructions liées aux aéroports», indique par ailleurs Anne Gellé, responsable de la campagne transports aériens et présidente des Amis de la terre du Val d’Oise. Le projet de centre commercial Aéroville sur le site de l’aéroport de Roissy, qui vient d’obtenir, selon le journal gratuit 20 minutes, son autorisation administrative, est ainsi vivement critiqué. Selon les Amis de la terre, il provoquera davantage d’encombrements dans un secteur souvent extrêmement embouteillé et l’augmentation des surfaces imperméabilisées accroîtra le ruissellement et les pollutions des sols. «Au lieu de satisfaire ses actionnaires avec un projet si choquant, Aéroports de Paris (ADP) devrait plutôt tenter par tous les moyens de diminuer les nuisances sanitaires et environnementales provoquées par son activité», précise l’association.

Même si les moteurs des nouveaux avions font de moins en moins de bruit, priorités économiques et protection de l’environnement mettront du temps à être conciliées à Roissy. Se félicitant que l’aéroport occupe désormais la 6e place du classement mondial, Pierre Graff, président d’ADP, a en effet déclaré: «En deux ans, 2007 et 2008, nous aurons augmenté les capacités de Paris-Charles de Gaulle de près de 20 millions de passagers. C'est pratiquement l'équivalent d'un aéroport comme Paris-Orly!»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus