AEP, un électricien US en pleine décarbonation

Le 12 février 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La cartographie des risques l'impose : il faut sortir du charbon, estime AEP.
La cartographie des risques l'impose : il faut sortir du charbon, estime AEP.
AEP

L’électricien de Colombus va réduire de 80% ses émissions carbonées d’ici 2050. La seule façon pour lui de pérenniser son activité. Explications.

 

Imaginez qu’EDF annonce soudainement l’abandon de l’énergie nucléaire. La nouvelle serait sans doute relayée dans le monde entier. Tel n’est pas le cas pour l’annonce faite la semaine passée par American Energy Power (APE). L’électricien basé dans l’Ohio prévoit, ni plus ni moins, que d’abattre de 80% ses émissions de gaz à effet de serre entre 2000 et 2050. Au milieu du siècle, la compagnie plus que centenaire n’émettra plus qu’une trentaine de millions de tonnes de CO2 par an, contre près de 170 Mt en 2000. Un sacré challenge pour un électricien dont 70% des capacités installées, en 2005, étaient des centrales au charbon.

Gaz de schiste

Pourquoi l’un des principaux énergéticiens des Etats-Unis décide-t-il de réaliser sa transition énergétique, alors que l’administration fédérale tente de relancer l’industrie du charbon? Ce gros consommateur de houille ne débute pas sa chasse au carbone.

Cofondateur, en 2003, du marché du carbone de Chicago, AEP a déjà engagé la décarbonation de son parc de production. Entre 2011 et 2017, l’électricien de Colombus a fermé 12.500 mégawatts (MW) de capacités au charbon. La lutte contre le changement climatique n’explique pas tout. A l’époque, l’électricien a voulu profiter de la baisse des prix du gaz induite par l’exploitation du gaz non conventionnel (gaz de schiste, notamment). Ce qui l’a conduit à remplacer ses centrales au charbon par des unités au gaz.

L’électricien estime aussi qu’à moyen terme une législation imposera, d’une façon ou d’une autre, l’arrêt du charbon. «Clean Power Plan ou pas, il y aura forcément un texte qui régulera les émissions carbonées», affirmait au New York Times Nicholas Akins, patron de l’électricien.

Maîtrise de la demande

Autant prendre les devants. Raison pour laquelle AEP développe aussi les énergies renouvelables. En quelques années, la compagnie a mis en service 4.200 MW de capacités éoliennes et photovoltaïques. Auxquelles il faut ajouter les 884 MW de centrales hydroélectriques et de stations de pompage-turbinage. Dans moins de 15 ans, AEP prévoit d’adjoindre au parc actuel 5.300 MW éoliens, 3.000 MWc de photovoltaïque et 1.400 MW de nouvelles centrales à gaz. Last but not least, l’électricien va inciter ses clients (moyennant conseil rémunéré) à réduire leur consommation. Réduisant du même coup les besoins en capacités de production.

 

Evolution du bouquet énergétique d'AEP (2005-2030)

Energies

Charbon

Gaz

Nucléaire

Renouvelables

Maîtrise de la demande

2005

70%

19%

6%

4%

1%

2030

33%

24%

6%

30%

7%

Source : AEP

 

Cartographie des risques

La décarbonation d’AEP a aussi été fortement motivée par les résultats d’une analyse de risques. La cartographie met en exergue des risques juridiques (fin du charbon, marché de quotas obligatoire, taxe carbone), financiers (la baisse de la demande d’électricité réduit le volume d’affaires), économiques (une centrale à charbon peut être vendue plus chère aujourd’hui que lorsque le charbon sera interdit). Sans oublier les risques opérationnels: les événements climatiques extrêmes menacent l’intégrité du réseau de transport et de distribution d’électricité. Les ouragans de l’été dernier sont passés par là.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus