Adopter un chien pour contourner le confinement?

Le 31 mars 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Est-ce qu'on a une tête de confinement?
Est-ce qu'on a une tête de confinement?

Beaucoup d'Espagnols ont adopté des chiens avant leur mise en quarantaine.

En Espagne, comme en France, le confinement de la population est sévère, mais souffre de quelques exemptions. Les courses, les visites chez le médecin, un tour de jogging sont tolérés. Et, la balade du chien. L’attestation de déplacement dérogatoire française autorise une sortie de son domicile pour satisfaire les «besoins des animaux de compagnie».

Et si cela donnait lieu à des trafics? C’est la crainte du procureur général d’Espagne en charge des questions environnementales et d’urbanismes, révèle Europa Press.

prévenir une vague d'abandons

Antonio Vercher Noguera a adressé, le 26 mars, un courrier aux procureurs généraux régionaux les invitant à vérifier que les récentes adoptions de chien ne servent pas d’excuse aux confinés pressés de mettre le nez dehors. Le haut magistrat cherche ainsi à prévenir une vague d’abandons, une fois la vie revenue à la normale. Les magistrats sont d’ailleurs invités à sensibiliser les forces de l’ordre à ce problème.

Dans les jours qui ont suivi la publication de l'Arrêté Royal instaurant l’état d’urgence, les services du procureur général ont « observé un nombre important d’adoption ou de placements familiaux » d’animaux domestiques. Un commerce qui se poursuit par voie électronique, note le magistrat.

En France, on n’observe pas semblable phénomène. Interrogé par l’AFP, Jean-Charles Fombonne, le président de la SPA, enregistre une stabilité des abandons d’animaux et une baisse des adoptions.