Action collective climatique contre le gouvernement canadien

Le 27 novembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le recours est déposé au nom de tous les jeunes Québecois de moins de 35 ans
Le recours est déposé au nom de tous les jeunes Québecois de moins de 35 ans

A son tour, une association de jeunes Québécois a déposé, le 26 novembre à la Cour supérieure du Québec, un recours judiciaire contre le gouvernement pour son inaction climatique.

On ne les compte plus. Alors que plus d’un millier d’actions judiciaires ont déjà été intentées à travers le monde au nom de la protection du climat selon le Pnue[1], aucun pays n’est à l’abri. C’est au tour du gouvernement canadien d’être visé par une action collective déposée par l’association ENJEU (Environnement Jeunesse) au nom de tous les Québécois de moins de 35 ans. Ces jeunes demandent à Ottawa de prendre les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5°C d’ici la fin du siècle et donc de respecter l’Accord de Paris, en somme.

 

Droits fondamentaux

Représentés bénévolement par le cabinet d’avocats Trudel Johnston et Lespérance, les plaignants estiment que l’inaction du gouvernement porte atteinte, de façon intentionnelle, à deux droits fondamentaux: «le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne» ainsi que «le droit de vivre dans un environnement sain et respectueux de la biodiversité», consacrés par la charte canadienne des droits et libertés.

 

Mesures d’atténuation

«Plutôt que d’accélérer une transition écologique, le Canada subventionne les compagnies de pétrole et achète un pipeline en notre nom», affirme Catherine Gauthier, 29 ans, directrice générale d’ENJEU. L’association réclame aussi 100 dollars canadiens (66 euros) de dommages-intérêts par jeune (environ 200 M€ au total) pour financer des mesures d’atténuation. Avant de débuter, le procès doit obtenir l’aval de la Cour supérieure du Québec.

 

Dans la lignée d’Our children’s trust

Cette action s’inspire bien sûr du recours déposé en 2015 contre le gouvernement fédéral par 21 jeunes Américains, regroupés dans l’association Our children’s trust. En dépit des nombreuses tentatives de la présidence Trump pour faire annuler le procès, celui-ci devrait se poursuivre en janvier ou février prochain.

En France, le premier recours climatique a officiellement été déposé le 20 novembre contre le gouvernement par le maire écologiste de Grande-Synthe (Nord), Damien Carême. Une action faite au nom des 22.000 habitants de cette commune construite sur un polder dans la périphérie de Dunkerque.



[1] Programme des Nations unies pour l’environnement

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus