Acidification: le sombre avenir des fruits de mer américains

Le 24 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'ostréiculture en danger imminent
L'ostréiculture en danger imminent
Ifremer

Aux Etats-Unis, l’élevage d’huîtres et de palourdes ressent déjà fortement les premiers symptômes de l’acidification des océans.  Une situation rapidement vouée à s’aggraver, d’abord au nord-ouest du pays mais aussi sur sa côte atlantique, révèle une étude publiée dans la revue Nature Climate Change.

Dans les Etats de l’Oregon et de Washington, sur la côte Pacifique au nord-ouest des Etats-Unis, «l’acidification des océans a déjà coûté 110 millions de dollars et environ 3.200 emplois», explique Julie Ekstrom, de l’université de Californie à Davis et auteure de cette étude menée par le Natural Resources Defense Council. En cause, une surmortalité des fruits de mer, très sensibles au pH qui affecte la formation de leur coquille.

Premiers travaux à cartographier les dégâts attendus aux Etats-Unis, cette étude révèle qu’aucune partie du territoire, qu’il s’agisse des élevages du Pacifique comme de ceux de l’Atlantique, de la Nouvelle-Angleterre jusqu’au golfe du Mexique, ne sera épargnée par l’acidification, conséquence directe de la montée atmosphérique du CO2.

Un effet aggravé par les nitrates

D’autant que, pour chacun des 15 Etats côtiers américains, l’acidification n’est pas le seul danger qui guette les fruits de mer. Entre autres menaces, l’affluent de nitrates d’origine agricole, particulièrement abondant au centre de la côte atlantique et au nord-ouest. Cette dernière zone, déjà la plus touchée, est encore plus vulnérable du fait du phénomène d’«upwelling», qui ramène des eaux plus chargées en CO2.

Face à la diversité des menaces d’un lieu à l’autre, et à des réalités économiques différentes selon la zone de culture, il s’agit d’aller au-delà d’une solution nationale afin de mettre en place des solutions locales d’adaptation, expliquent les chercheurs. Par exemple en diminuant l’eutrophisation ou  en diversifiant les élevages, notamment dans le golfe du Mexique, exclusivement tourné vers l’ostréiculture.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus