Accord sur le plan de pêche en mer du Nord

Le 12 décembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La fin de la surpêche n'est pas garantie en mer du Nord en 2020...
La fin de la surpêche n'est pas garantie en mer du Nord en 2020...

Un accord a été trouvé, le 7 décembre, entre le Conseil et le Parlement européen autour du plan de gestion pluriannuel des espèces démersales[1] en mer du Nord.



[1] Qui vivent au fond de la mer

 

 

Les espèces démersales représentent 70% des captures de pêche en mer du Nord et concernent des milliers de navires issus de 7 Etats membres de l’UE: Allemagne, Belgique, Danemark, France, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni. Sole, carrelet, langoustine, cabillaud, lieu noir, aiglefin, turbot, baudroie, merlan et limande-sole sont les espèces les plus recherchées.

 

Des fourchettes obscures

Avec cet accord, la notion de fourchette haute et fourchette basse pour les totaux admissibles de capture (TAC) et les quotas -inaugurée dans le plan de gestion de la mer Baltique- a été consacrée, au grand dam des ONG environnementales dont Pew. Car la méthode de calcul de la fourchette haute reste floue, laissant le champ libre à des prises excédant le rendement maximum durable (RMD). Cette notion avait d’ailleurs été écartée par les eurodéputés, dans leur version adoptée le 14 septembre dernier en séance plénière.

 

Exit le contrôle

Pew observe par ailleurs que les prises accidentelles ne sont protégées que par un principe large de précaution et que toutes les dispositions assurant un contrôle de l’application du plan ont été supprimées.

 

Obstacles à la fin de la surpêche

«Les plans pluriannuels devraient permettre aux ministres de la pêche de garantir que les limites de capture fixées respectent les objectifs de la politique commune de la pêche (PCP). En acceptant d'édulcorer le plan pour la mer du Nord et en y incluant la possibilité de surexploiter certains stocks, l’Union européenne rend plus difficile à atteindre l’échéance de 2020 pour mettre fin à la surpêche», commente Andrew Clayton, de Pew. Un signal alarmant alors que les TAC et les quotas 2018 généraux doivent être adoptés ce 12 décembre par les ministres de la pêche.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus