Accord laborieux à Bali

Le 17 décembre 2007 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les représentants des 187 pays participant à la conférence des Nations unies sur le climat se sont finalement mis d’accord pour tenter de trouver un nouveau cadre international à la lutte contre le changement climatique.

La dernière séance plénière s'est achevée samedi, après plus de 7 heures de débats houleux. Au final, la déclaration – qui n'a pas valeur juridique – ne fait mention d'aucun objectif chiffré de réduction des gaz à effet de serre (GES). Elle renvoie au dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) par une simple note de bas de page. Celui-ci prône de réduire de moitié les émissions de GES d'ici 2050.

L'accord conclu à Bali impose toutefois un calendrier des négociations futures. Elles devront être lancées au plus tard en avril 2008, être conclues fin 2009 à la conférence sur le climat de l'ONU de Copenhague (Danemark) afin de pouvoir succéder aux premiers engagements du protocole de Kyoto qui expirent en 2012. Une première réunion sur la mise en place de la feuille de route établie à Bali aura lieu au Ghana début 2008. Chaque année, 4 sessions auront lieu à travers le monde pour tenter de préparer l'après-Kyoto.

Bien que de nombreuses organisations écologistes jugent l'accord de Bali minimaliste, Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), mis à rude épreuve lors des négociations, estime que la conférence a permis de faire tomber le «Mur de Berlin du changement climatique» entre pays riches et pays pauvres. Le protocole de Kyoto n'imposait des mesures qu'aux pays industrialisés.

Faisant référence à l'élection présidentielle américaine de 2008, Pierre Radanne, expert en politique énergétique, estime que «tant que les Etats-Unis seront aux abonnés absents, il ne peut y avoir d'objectifs chiffrés. Et on voit mal comment conclure un accord international sans la première puissance mondiale.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus