Accord historique entre un électricien, l’EPA et des écologistes américains

Le 27 février 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale de Big Sandy est l'une des 3 centrales qui sera fermée d'ici 2015.
La centrale de Big Sandy est l'une des 3 centrales qui sera fermée d'ici 2015.
EarthJustice

C’est un accord inédit que viennent de conclure American Electric Power (AEP) –le plus gros producteur d’électricité des Etats-Unis- l’agence fédérale pour la protection de l’environnement (EPA), 13 associations de citoyens et 8 états. L’AEP s’est engagée à fermer trois unités anciennes de ses centrales à charbon en Indiana, Ohio et au Kentucky (pour une capacité totale de 2.000 mégawatts), à réduire drastiquement les émissions de dioxyde de soufre de 16 d’entre elles (-90% d’ici 2029 par rapport aux émissions de 2007) et à verser 6 millions de dollars (4,5 M€) à 8 états pour financer des projets de sobriété énergétique. L’électricien de Colombus s’engage également à mettre en service 50 MW d’énergie solaire ou éolienne dès cette année, et de poursuivre l’effort en installant, d’ici 2015, 150 MW de capacités renouvelables dans deux états. Enfin, les centrales d’AEP qui vont continuer à produire de l’électricité vont voir les contrôles de pollution renforcés, au-delà des standards fédéraux, pour un coût de 5 Md$ (3,8 Md€). L’entreprise s’est engagée à réduire ses émissions annuelles de dioxyde de soufre de 828.000 tonnes à 174.000 t dans les 12 prochaines années.

 

«Cet accord démontre comment la rencontre entre les forces du marché et l’activisme environnementale peut tordre le bras de l’industrie américaine du charbon», a déclaré l’avocat de l’association écologiste Sierra Club, Bruce Nilles. Car c’est sur la base d’un précédent accord, signé en 2007 entre les mêmes acteurs, que toutes ces avancées ont été négociées. C’est à la demande d’AEP, qui y avait intérêt au plan financier, que l’accord a été révisé. En effet, l’énergéticien s’était engagé, en 2007, à installer une technologie qu’il a jugée dépassée et plus coûteuse: il a donc négocié la possibilité d’installer –et ce dans des délais plus brefs- une nouvelle technologie de réduction des émissions de dioxyde de soufre qui va lui permettre d’économiser 1 Md$ (763 M€) et de réduire les émissions polluantes. Les trois unités qui seront stoppées vont «éviter» 203 morts, 310 attaques cardiaques, 3.160 crises d’asthme et 188 visites d’urgence chaque année. Elles vont aussi réduire le bilan carbone de l’électricien de 12 millions de tonnes de CO2.

 

La fermeture des plus vieilles installations de Tanners Creek, Muskingum River et Big Sandy s’inscrit dans un mouvement plus vaste: depuis 2010, 139 centrales au charbon ont été arrêtées ou mises sous cocon. Soit plus de 50.000 MW qui ont été retirés de la circulation (l’équivalent de 40% du parc électrique français). «A travers le pays, l’industrie du charbon essuie un revers sans précédent, puisque sa part dans la production électrique chute et que le coût du charbon continue de monter en flèche. Cet accord démontre que notre pays continue de s’affranchir des centrales à charbon, qui sont sales, dangereuses et coûteuses», a déclaré Jodi Perras, le représentant de l’association Sierra Club en Indiana. 42% de l’électricité américaine est aujourd’hui produite à partir de charbon, principal émetteur de dioxyde de soufre et de mercure. «Les centrales à charbon sont les plus grosses contributrices pour la pollution de l’air du ciel de New York», s’est félicité l’avocat général de New-Yorkais, Eric T. Schneiderman.

 

C’est accord gagnant–gagnant va permettre de substantielles économies pour l’AEP et de financer quantité de projets d’amélioration de l’habitat ou de sobriété énergétique, ainsi que de diminuer drastiquement l’exposition des populations aux pollutions engendrées par les émissions inhérentes au charbon. Mais il ne doit pas faire oublier que le charbon reste une énergie fossile très utilisée dans le monde. «L’industrie du charbon se lézarde plus rapidement que la banquise, mais ça risque d’être encore trop lent», a déclaré Bruce Nilles, l’avocat du Sierra Club. Le charbon contribue à la production du tiers de l’énergie mondiale. L’an passé, selon BP, sa consommation a progressé de 5,4%.

https://docs.google.com/a/sierraclub.org/file/d/0B4xljUDF_SgsTEdTdWlXTDRkR2c/edit?pli=1



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus