Accord européen pour limiter l’exportation illégale des vieux navires

Le 17 mars 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Deux tiers des vieux navires européens s'échouent encore sur une plage asiatique
Deux tiers des vieux navires européens s'échouent encore sur une plage asiatique

La Commission, le Parlement et les Etats membres sont parvenus à un accord, le 13 mars, pour réduire les exportations illégales des épaves européennes vers l’Asie.

 

Le nouveau dispositif prévoit des contrôles accrus et harmonisés ainsi qu’un partage d’information entre Etats membres sur les exportations en infraction avec la Convention de Bâle. Sur le papier, ces deux mesures devraient mettre fin aux pratiques laxistes de certains ports en matière d’inspection.

 

Ainsi, chaque pays de l’UE devra établir des plans d’inspection détaillés, basés sur une évaluation des risques pour l’environnement. Il devra aussi rendre publiques les données sur ces inspections.

 

Avant d’entrer en vigueur, cette révision du règlement européen doit encore être approuvée par le Parlement européen. Celui-ci se réunira en séance plénière le 17 avril. Le Conseil de l’UE rendra ensuite sa décision définitive. L’objectif est d’appliquer la nouvelle réglementation à partir du 1er janvier 2016.

 

Mais ces mesures risquent de manquer leur but. Selon l’ONG Shipbreaking Platform, elles ne visent en effet que les seuls navires battant pavillon européen, alors que les armateurs le changent volontiers pour se soustraire à la réglementation.

 

Sur les 372 navires commerciaux vendus l’an dernier sur le Vieux continent, près des deux tiers ont été envoyés en Asie du Sud selon Shipbreaking Platform.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus