Accord de Paris: Ségolène Royal reste optimiste

Le 07 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Vers un succès européen et français.
Vers un succès européen et français.

L’Europe devrait finalement ratifier l’accord conclu lors de la COP 21 avant l’ouverture de la COP 22.

 

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. En début de semaine, l’Union européenne (UE) semblait abonnée au rôle de mauvaise élève de la COP 21. Devant les difficultés mises en avant par la plupart de ses membres, bien peu pariaient sur une ratification de l’Accord de Paris par l’UE avant la fin de l’année 2016. Plus rares encore ceux prêts à miser sur un feu vert européen avant l’ouverture de la COP 22, le 7 novembre prochain. Et pourtant.

Réunion avec les ambassadeurs

Ce mercredi 7 septembre, Ségolène Royal a fait le point sur les processus de ratification des 28 avec les 27 ambassadeurs à Paris des autres pays membres. Dévoilé devant quelques journalistes, le résultat de ces discussions est plutôt rassurant.

Selon Ségolène Royal, c’est la ratification conjointe de l’accord de paris par les Etats-Unis et la Chine, le 3 septembre, qui a convaincu les gouvernements européens les plus frileux à se joindre au mouvement.

La semaine passée, la situation était critique. Seuls trois pays (France, Hongrie, Autriche) avaient achevé leur processus national de ratification ; 10 envisageaient de faire de même d’ici janvier 2017 et 15 dans le courant de l’année prochaine. L’Europe aurait ratifié un accord dont elle a été la cheville ouvrière après son entrée en application. Mauvais point.

Accélérer le processus

Pour accélérer ledit processus, le gouvernement français fait le forcing. La ministre de l’environnement vient d’adresser un courrier aux 27 chefs d’Etat et de gouvernement pour les encourager à l’aller de l’avant. «Le problème, souligne-t-elle, c’est que les gouvernements européens ne sont pas toujours maîtres, comme en Allemagne, de l’ordre du jour du Parlement.» Un autre courrier frappé de la Marianne devrait prochainement atterrir sur le bureau des présidents de chambre concernés.

Accord britannique et polonais

Les diplomates réunis ce matin à l’Hôtel de Roquelaure ont été rassurants. La plupart des capitales envisagent désormais une ratification accélérée, au cours des prochaines semaines. Les pays en campagne électorale (Bulgarie, Lituanie) tentent d’obtenir l’imprimatur parlementaire avant la fin de session. Très attendu depuis le référendum du 23 avril, le Royaume-Uni a fait savoir que sa politique climatique n’avait pas changé: la chambre des communes a d’ailleurs entamé, ce jour, le vote sur la ratification. Même la très réticente Pologne a fait savoir qu’elle comptait donner son aval à l’Accord de Paris avant le 21 septembre. Date à laquelle l’ONU organisera à New York un nouveau grand raout climatique, en marge de son assemblée générale.

Si tout va bien, l’Europe pourrait annoncer la date précise de sa ratification lors du prochain conseil européen du 17 septembre, à Bratislava. Pour être complète, la ratification européenne suppose que les 28 gouvernements déposent à l’ONU leur instrument de ratification, de même que l’Union européenne. Cette dernière devra avoir reçu l’aval du Parlement européen. Une affaire de quelques jours.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus