Accord à Londres contre le trafic d’espèces menacées

Le 14 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
46 Etats s'engagent à ne plus utiliser de produits issus d'espèces menacées de disparition
46 Etats s'engagent à ne plus utiliser de produits issus d'espèces menacées de disparition

Réunis dans le cadre de la Conférence de Londres, 46 pays (1) ont signé, le 13 février, un accord pour lutter contre le trafic d’espèces menacées, qui cible en priorité les éléphants, les rhinocéros et les tigres.

William Hague, le chef de la diplomatie britannique, a salué cet accord comme «un tournant» dans la lutte contre le commerce illégal des espèces menacées, lequel représente plus de 14 milliards d’euros par an. «Il s’agit d’une industrie criminelle mondiale, comme la traite des êtres humains, le trafic d’armes et le trafic de drogue, qui entraîne corruption et insécurité et sape les efforts pour réduire la pauvreté et promouvoir le développement durable, en particulier dans les pays africains», a poursuivi le ministre.

Réunis pendant deux jours, avec 11 organisations internationales, les 46 Etats ont signé une déclaration commune de 13 pages. Ils s’engagent à ne plus utiliser de produits provenant d’espèces menacées de disparition, et à prolonger l’interdiction du commerce d’ivoire «jusqu’à ce que la survie des éléphants d’Afrique ne soit plus menacée par le braconnage».

Une étude publiée cette semaine montre que 5 pays d’Afrique centrale ont perdu 65% de leurs éléphants entre 2002 et 2011, malgré l’interdiction du commerce d’ivoire en 1989. Les pertes les plus importantes ont été observées au Gabon.

Le WWF et l’agence d’investigation environnementale (EIA) ont souligné que cet accord comportait des «actions positives».

(1)dont 15 pays africains, 6 pays européens, l’Union européenne, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et 7 autres pays asiatiques, le Brésil, l’Australie, le Canada



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus