Abu Dhabi interdit la détention d’animaux sauvages

Le 16 janvier 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les guépards sont très recherchés
Les guépards sont très recherchés

Fin décembre, les Emirats arabes unis ont adopté une loi interdisant la détention d’animaux sauvages par des particuliers. Une bonne nouvelle pour la biodiversité africaine, menacée par le trafic d’animaux vers les pays du Golfe.

Parmi les animaux visés par cette loi, «les grands félins, les hyènes, les primates, les ours, les chauves-souris, les loups, les zèbres, les girafes, les hippopotames, les autruches, les vautours, les crocodiles, les serpents, les araignées, les scorpions», indique l’association IFAW.

Prison et amendes

La détention privée de ces animaux pourra être punie par des peines de prison et des amendes allant de 10.000 à 700.000 dirhams –de 2.570 à 180.000 euros. Elles pourront être alourdies si la personne sort en public avec son animal, si elle en fait commerce ou si elle l’utilise pour attaquer des personnes.

«La possession d’animaux exotiques dangereux pose problème dans la péninsule arabique. Le fait de posséder des animaux aussi dangereux est considéré comme un symbole de prestige ou comme une tentative peu judicieuse de préserver une espèce», quitte à piller leur écosystème d’origine, indique l’IFAW.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus