Abeilles: néonicotinoïdes, poison de jeunesse

Le 27 juin 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Larves d'abeille
Larves d'abeille

Les néonicotinoïdes ne seraient pas nocifs que pour les abeilles adultes, mais aussi pour leurs larves, suggère une étude allemande publiée dans la revue PLoS ONE. En cause, le fait qu’ils diminuent la teneur de la gelée royale en acétylcholine, qui en est un composant nutritionnel majeur.

Insecticides neurotoxiques, les néonicotinoïdes ont principalement été accusés d’altérer le sens de l’orientation et les capacités d’apprentissage des abeilles. Raison pour laquelle ils sont considérés comme l’une des causes du déclin des pollinisateurs à travers le monde.

Une étude publiée dans PLoS ONE par l’équipe de James Kirkpatrick, de l’université Johannes Gutenberg de Mayence, met en évidence un nouveau mode d’action, affectant cette fois-ci le développement des larves. Celles-ci sont nourries par la gelée royale, fluide qui contient un taux très élevé d’acétylcholine. Or cette molécule, qui stimule la prolifération cellulaire (et donc la croissance des larves), serait en très nette diminution lorsque la colonie est exposée aux néonicotinoïdes.

Les chercheurs montrent en effet une réduction allant jusqu’à 80% de la sécrétion d’acétylcholine par les abeilles ouvrières, productrices de la gelée royale, baisse qui se retrouve dans la composition de la gelée royale. L’équipe montre par ailleurs qu’un traitement chimique de la gelée royale, afin d’en détruire l’acétylcholine, entraîne une forte mortalité chez les larves.

En raison de leurs effets supposés sur les abeilles, trois néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride, thiamétoxame) font l’objet depuis décembre 2013 d’un moratoire européen, du moins pour certains usages les plus à risque pour les pollinisateurs.

Le débat fait également rage en France: dernier épisode en date, les députés se sont prononcés, jeudi 23 juin lors de l’examen du projet de loi biodiversité, pour leur interdiction à partir de septembre 2018, avec des dérogations possibles jusqu’en juillet 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus