Abeilles: les fongicides aussi?

Le 22 juin 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le bourdon fébrile
Le bourdon fébrile

Les néonicotinoïdes sont-ils les seuls pesticides à affecter les pollinisateurs? Selon une étude américaine publiée dans la revue Insects, ces insectes seraient aussi affectés par les fongicides, mais de manière plus indirecte.

 

Insecticides d’action neurotoxique, les néonicotinoïdes feraient perdre aux abeilles leur sens développé de leur orientation. Ils sont d’ailleurs considérés comme un facteur important de la surmortalité qui les touche partout dans le monde, de même que certaines maladies, la destruction de leur habitat et la raréfaction des fleurs qu’elles affectionnent.

Est-ce à dire que les néonicotinoïdes sont les seuls pesticides à blâmer? Pas si sûr: selon Olivia Bernauer, entomologiste à l’université du Wisconsin à Madison, et ses collègues, les fongicides, pourtant réputés sans danger pour les abeilles, pourraient aussi les fragiliser.

Pour montrer cela, les chercheurs ont mis dans des cages des colonies de bourdons fébriles, espèce nord-américaine, nourrissant 5 d’entre elles avec des fleurs traitées au fongicide chlorothalonil, 5 autres avec des fleurs non traitées.

 

Plus de deux tiers d’ouvrières en moins

Résultat, les colonies exposés à ce pesticide produisent plus de 3 fois moins d’ouvrières, avec une moyenne de 12,2 contre 43,2 dans les colonies non traitées. Moins bien nourrie, la reine y est deux fois moins grosse, avec des poids moyens respectifs de 0,14 et 0,27 gramme.

«L’usage de fongicides durant la floraison pourrait sévèrement affecter le succès du butinage sur les terres agricoles», commentent les chercheurs. Comment expliquer cette toxicité chronique, et non aigüe, sur les bourdons, organismes théoriquement insensibles à des substances ne ciblant que les champignons?

Selon les chercheurs, certains micro-organismes, dont des champignons, empêcheraient la dégradation du pollen, voire y ajouteraient des éléments nutritifs, dont les vitamines B. En présence d’un fongicide, le pollen serait bien moins nutritif, ce qui expliquerait l’état anémique des colonies.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus