Abandon d’un projet de stockage du CO2 au Pays-Bas

Le 05 novembre 2010 par Sabine Casalonga
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

 

Les Pays-Bas ont annoncé, jeudi 4 novembre, renoncer à un projet de stockage géologique du CO2 sous la ville de Barendrecht, près de Rotterdam, selon l’AFP.

« Le retard de près de trois ans du projet de stockage de CO2 et le manque total de soutien local sont les raisons principales de l'abandon », a déclaré Maxime Verhagen, le ministre des affaires économiques dans une lettre adressée à la chambre basse du Parlement.

Le pétrolier Shell envisageait de capturer, puis de stocker, 9 millions de tonnes de dioxyde de carbone émis par sa raffinerie de Pernis, située à une quinzaine de kilomètres du site de stockage.

à partir de 2012, le gaz carbonique devait être acheminé par un gazoduc et injecté après compression, à raison de 300.000 tonnes par an pendant 30 ans, dans le grès d'un gisement de gaz naturel exploité depuis 1997 et presque épuisé, à 1.800 mètres de profondeur.

Le gouvernement précédent avait, en novembre 2009, provisoirement autorisé le projet mais laissé la décision finale au nouveau gouvernement, entré en fonction en octobre dernier. « C'est dommage », a commenté à l'AFP Wendel Broere, un porte-parole de Shell, tandis que Greenpeace s'est dit « content ». « Maintenant que le déversement de CO2 disparaît de l'agenda politique, il y a à nouveau de la place pour les investissements dans l'économie d'énergie et l'énergie propre », a souligné l'organisation écologique dans un communiqué.

Les Pays-Bas, qui ont émis environ 170 millions de CO2 en 2009 et dont la capacité totale de stockage géologique s'élève à 1,6 milliard de tonnes, ne comptent encore aucun stockage souterrain. Un projet est cependant à l'étude dans le nord du pays, dans des réservoirs de gaz épuisés.