A Shanghai, le CO2, aussi, est moins cher qu’en Europe

Le 27 novembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Inauguration de la SEEE.
Inauguration de la SEEE.
DR

Et de deux. Après la région de Shenzen, au printemps dernier, c’est au tour de Shanghai d’ouvrir une bourse du CO2. Les premières cotations de la Shanghai Environment and Energy Exchange (SEEE) se sont déroulées mardi 26 novembre et ont porté sur 9.500 quotas livrables en 2013, 2014 et 2015. Le montant moyen de ces Shanghai Emissions Allowances (SHEA) s’est élevé à 27 yuans (3,2 euros). A comparer aux 4,5 € du quota européen.

Une poignée de grandes entreprises ont participé aux premiers échanges. Il faudra sans doute un peu de temps encore avant que la SEEE ne prenne une importance au moins égale à celle de sa rivale du sud. Après 5 mois de fonctionnement, la bourse du carbone de Shenzen a vu s’échanger plus de 113.000 quotas. Les prix y tournent autour de 60 yuans (7,2 €), mais des pics supérieurs à 90 yuans (10,8 €) ont été observés au début du mois de septembre.

La Chine prévoit d’ouvrir 7 marchés régionaux du carbone d’ici 2015. Le marché de Pékin devrait être inauguré le 28 novembre. Ces bourses devraient, à terme, fixer les prix de 800 millions à 1 milliard de quotas. Par la suite, Pékin prévoit d’unifier ces marchés expérimentaux en une bourse nationale du carbone.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus