A Salsigne, des enfants surexposés à l’arsenic

Le 20 juin 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Salsigne, terre polluée
Salsigne, terre polluée
DR

Sur l’ancien site minier de Salsigne (Aude), trois enfants se sont avérés fortement contaminés par l’arsenic. Bien que l’agence régionale de santé (ARS) d’Occitanie se montre rassurante, d’autres cas d’intoxication pourraient être mis à jour.

Fermé en 2004, le site minier de Salsigne, qui a été la plus importante mine d’or de France, est aussi l’un des plus pollués. Notamment à l’arsenic, qui abonde dans les 11,6 millions de tonnes de résidus miniers pollués. Or ces déchets ont principalement été stockés sur deux sites, dont l’un, le stockage de Montredon, connaît d’importants problèmes d’étanchéité –ce qui a conduit à des travaux de réfection, actuellement en cours.

Outre cette fuite continue d’arsenic dans les eaux, jusque dans la rivière Orbiel, la région a été la proie, entre les 14 et 15 octobre 2018, d’importantes inondations, à l’origine de 14 morts sur le département. Si la Dreal Occitanie[i] assure qu’elles n’ont pas eu de conséquence importante, les riverains craignent au contraire qu’une surcontamination soit survenue. Une divergence de vue, qui s’inscrit dans un litige au long cours, opposant la population à des autorités accusées d’avoir longtemps nié le risque.

Trois enfants contaminés

Or de nouvelles craintes sont survenues, après la révélation, par L’Indépendant et Mediapart, d’une forte imprégnation par l’arsenic chez trois garçons, âgés de 4, 7 et 9 ans, scolarisés à Mas-Cabardès et Lastours. Si les parents ont décidé de les tester, alors que le test, d’un coût compris entre 50 et 80 euros, n’est pas remboursé par l’assurance maladie, c’est parce qu’ils présentaient d’inquiétants symptômes: maux de tête et de ventre, voire insomnies et changements de comportement.

Les résultats montrent des taux sanguins d’arsenic de 12, 15 et 20 microgrammes par gramme de créatinine (µg/g). Soit au-delà de 10 µg/g, un seuil dit d’exposition admis en France, qui relève plutôt d’une exposition professionnelle. Les valeurs mesurées impliquent donc une très nette surexposition, particulièrement pour de jeunes enfants, très vulnérables à la toxicité des métaux lourds. Mediapart évoque par ailleurs la possibilité d’autres cas survenus ces derniers mois.

L’ARS se veut rassurante

Face à ces nouveaux cas, l’ARS Occitanie a reçu mercredi 19 juin plusieurs familles, dont celles des enfants concernés. A l’issue de cette réunion, organisée à Carcassonne, le directeur général adjoint de l’agence, Jean-Jacques Morfoisse, a dit «comprendre l’émotion des familles», tout en expliquant qu’«un test positif n’est que le témoin d’imprégnation récente à l’arsenic dans les 15 jours précédents, et en aucun cas le témoin d’une exposition durable», relate l’Agence France-Presse (AFP). «Pour ceux dont les tests sont au-dessus des normes habituellement admises, il faudra refaire ce test dans les deux mois», a-t-il ajouté.

Alors qu’une rencontre avec les médecins de la vallée de l’Orbiel est prévue mardi 25 juin, l’ARS a indiqué avoir saisi l’agence Santé publique France sur l’opportunité de lancer une nouvelle étude épidémiologique. De plus, une nouvelle campagne d’analyses sera menée «en septembre-octobre» dans les jardins potagers et autres sites sensibles inondés par l’Orbiel en octobre 2018, indique l’ARS dans une notice d’information.

A ce jour, nul ne sait si les enfants ont été exposés à l’école[ii] ou ailleurs. De plus, l’un des trois enfants surexposés a présenté ses premiers symptômes en 2016, soit deux ans avant l’inondation.



[i] Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement

[ii] Dans la cour de récréation de l’école de Lastours, une analyse du sol, menée après les inondations, a montré une teneur en arsenic s’élevant jusqu’à 850 µg/g de sol, alors que le  seuil de tolérance dans les sols est de 50 µg/g, a indiqué mercredi à l’AFP le maire de Lastours, Max Brail.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus