A Noël, pas de saumon norvégien pour EELV

Le 24 décembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tout le monde peut manger du saumon norvégien, affirment les promoteurs du saumon norvégien.
Tout le monde peut manger du saumon norvégien, affirment les promoteurs du saumon norvégien.
DR

Juste avant les fêtes de fin d’année, le gouvernement norvégien a lancé une campagne de promotion du saumon d’élevage, minimisant les risques liés aux contaminants. La France a même eu droit à un site internet, au grand dam d’Europe Ecologie Les Verts (EELV).

Publié lundi 15 décembre, le rapport du Comité scientifique de sécurité alimentaire norvégien (VKM), basé sur «une étude approfondie de la littérature scientifique», se veut rassurant: «les bénéfices de consommation de poisson contrebalancent largement les risques négligeables présentés par les niveaux actuels de contaminants ou d’autres substances non-désirées et connues dans le poisson».

Tout le monde peut en manger

Selon www.norvege.no, site officiel de la Norvège en France, «avec le niveau actuel de contaminants trouvés dans les poissons gras et maigre d’élevage et sauvage en Norvège, tous les consommateurs, grands ou moyens, peuvent en manger sans absorber de quantités nocives de contaminants comme les PCB, les dioxines ou le mercure».

Edité par l’ambassade de Norvège en France, le site va même jusqu’à promouvoir toutsurlesaumon.fr, «qui propose une information complète et documentée sur le saumon et l’aquaculture, de façon concise et pédagogique, s’appuyant exclusivement sur des données tangibles et scientifiques». Lancé début décembre, ce site n’est autre que la vitrine des industriels de la pêche et de l’aquaculture norvégienne.

Parmi ses trois éditeurs figurent ainsi le Centre des produits de la mer de Norvège, «créé afin de renforcer la notoriété mondiale des produits de la mer norvégiens», la Fédération norvégienne des produits de la mer et l’entreprise Skretting, principal producteur d’aliments piscicoles dans le pays. Un beau gage d’indépendance, alors que planent des suspicions de conflit d’intérêt au sein du gouvernement norvégien [1].

Quelques produits omis

La campagne a aussitôt fait bondir EELV, qui dans un communiqué publié samedi 20 décembre estime que «cette campagne, financée sur des fonds gouvernementaux, repose sur des enquêtes publiées par des organismes non indépendants. Ces conseils sont erronés et formulés de façon à induire les consommateurs en erreur».

Car au-delà des trois contaminants évalués par le VKM, celui-ci élude la question du diflubenzuron, employé dans les fermes de saumons pour lutter contre les poux de mer qui infestent les élevages.

«De fait, depuis que certains poux développent une résistance [aux flubenzurons], les quantités employées sont devenues hors de contrôle. Ceci est extrêmement préoccupant car les flubenzurons, mais aussi leurs produits métabolites, sont suspectés d'être dangereux pour la santé, la fertilité et le développement des enfants», explique EELV. En deux mots, des perturbateurs endocriniens.

«EELV soutient les demandes des écologistes norvégiens de mettre toutes les fermes de saumon d’élevage dans des piscines étanches sur terre ferme. C’est en effet le seul moyen de contrôler les déchets, d’élever des saumons non infestés de poux et de protéger l’environnement qui est terriblement affecté par les fermes flottantes», ajoute le parti.

Pour la Norvège, l’enjeu économique est de taille: «le saumon d’élevage constitue la deuxième recette d’exportation pour la Norvège et 7 saumons sur 10 consommés en France viennent de Norvège», rappelle EELV.

[1] La sœur de la première ministre Erna Solberg, Marit Solberg, est à la fois vice-présidente de Marine Harvest (la plus grande industrie de saumon d'élevage) et présidente du Conseil norvégien des produits de la mer, un institut public, rappelle EELV.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus