A New York, du poisson souvent mal étiqueté

Le 19 décembre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les sushis-bars new-yorkais trompent leur clientèle.
Les sushis-bars new-yorkais trompent leur clientèle.

Près de 40% du poisson vendu à New York n’est pas celui de l’espèce annoncée, révèle l’association américaine Oceana au terme d’un «testing» effectué dans des épiceries, des restaurants et des sushi-bars.

Le problème du faux étiquetage des poissons semble très répandu, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe (voir le JDLE). Outre qu’elle trompe le consommateur en lui faisant acheter du poisson qui, en réalité, vaut moins cher que le prix annoncé, cette pratique interdite fait peser un danger sur des espèces menacées par la surpêche, et engendre de possibles risques sanitaires pour la population.

Testés par séquençage ADN, 39% des 142 échantillons de poisson qu’Oceana a collectés à travers la ville de New York se sont avérés ne pas être de l’espèce étiquetée. Un risque plus élevé dans les épiceries (40%) que dans les chaînes de supermarchés (12%), et qui atteint même 100% parmi les 16 sushi-bars testés par l’association.

Espèce la plus touchée, le thon blanc, qui dans 94% des cas était remplacé par de l’escolar, poisson contenant une toxine ayant des effets... laxatifs à dose élevée.

Oceana note également des substitutions courantes du saumon, de la morue, de la sole ou du vivaneau, celui-ci étant souvent remplacé par du tile, poisson dont la Food and Drug Administration (FDA) déconseille la consommation en raison de sa teneur élevée en mercure.

Importés à hauteur de 80%, les produits de la mer vendus aux Etats-Unis semblent l’un des points faibles de la FDA, ainsi que l’a relevé à plusieurs reprises le Government Accountability Office (GAO), chargé de l’évaluation des politiques publiques aux Etats-Unis. Et ce aussi bien en termes de traçabilité que de contrôle sanitaire: dans un rapport publié en 2011, le GAO estimait que seuls 0,1% des produits de la pisciculture faisaient l’objet d’un test de dosage des résidus d’antibiotiques.


POUR ALLER PLUS LOIN



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus