A Marrakech, l’Allemagne présente sa PPE

Le 15 novembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Barbara Hendricks présente son plan climat énergie 2050.
Barbara Hendricks présente son plan climat énergie 2050.
DR

L’année dernière, la France s’était servie de la COP 21 comme d’un tremplin à sa programmation pluriannuelle de l’énergie. Cette année, c’est l’Allemagne qui présente, en pleine COP 22, sa politique Energie Climat.

Sitôt adopté à Berlin. Sitôt expédié à Marrakech. Trois jours après la levée du veto du ministre de l’industrie Sigmar Gabriel, la ministre fédérale de l’environnement a fait salle comble, lundi 14 novembre, en présentant les grandes lignes du Klimaschutzplan, la feuille de route Energie Climat à 2050.

L’objectif reste de faire baisser de 80 à 95% les émissions nationales de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050. Mais après la prestation marrakchie de Barbara Hendricks, on est bien en peine de savoir comment la 4e puissance économique mondiale atteindra son but. Pour le moment, les objectifs sectoriels sont fixés pour 2030. Sans qu’on sache très bien ce qui relève de l’obligatoire ou de l’engagement volontaire.

L’engagement allemand à 2030

Secteurs

Emissions 1990 (Mt équCO2/an)

Emissions 2014

(Mt équCO2/an)

Emissions 2030

(Mt équCO2/an)

Evolution
 1990/2030

Energie

466

358

175-183

-61 à 62%

Bâtiment

209

119

70-72

-66 à 67%

Transport

163

160

95-98

-40 à 42%

Industrie

283

181

140-143

-49 à 51%

Agriculture

88

72

58-61

-31 à 34%

Autres

39

12

5

-87%

total

1248

902

543-562

-55-56%

Ministère fédéral de l’environnement et de la sûreté nucléaire

Une certitude: comme la contribution nationale climatique (la NDC), le Klimaschutzplan sera révisé en 2018. Bien accueilli par de nombreuses ONG, le programme de décarbonation allemand reste muet sur un point: la date de sortie du charbon. Un sujet particulièrement sensible outre-Rhin, où le syndicat des mineurs, de l’industrie chimique et de l’énergie (IG BCE) revendique 660.000 encartés. Pour autant, rappelle-t-on dans la délégation allemande, compte tenu de la composition du bouquet énergétique et des objectifs fixés pour 2030, 60% des capacités au lignite et au charbon devront être fermées dans 15 ans.

A cet égard, Berlin prévoit la création d’un fonds régional chargé de trouver du travail aux Gueules noires qui resteront sur le carreau. «Nous ne laisserons personne derrière nous», a souligné Jochen Flasbarth. Pour autant, le secrétaire d’Etat à l’environnement n’a pas caché certaines difficultés. Ce sera dur pour tout le monde, a-t-il laissé entendre, notamment pour les secteurs de l’acier et du ciment.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus