A la pêche aux poissons durables: la filière entière est concernée

Le 04 juillet 2012
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Elisabeth Vallet dirige SeaWeb France
Elisabeth Vallet dirige SeaWeb France

Un grand nombre d’ONG, telles le WWF, Greenpeace ou le programme Mr. Goodfish lancé par le réseau mondial Océan, sensibilisent le grand public à la pêche durable. Pourtant, l’ensemble de la filière, et plus particulièrement les acheteurs professionnels (enseignes de la grande distribution, restaurateurs, grossistes, mareyeurs ou poissonniers), ont un rôle à jouer pour la durabilité des produits de la mer. Dans notre pays, la branche française de l’ONG américaine SeaWeb[1], Alliance Produits de la mer, a choisi de communiquer auprès de ce public de professionnels. Entretien avec sa directrice, Elisabeth Vallet, qui précise les menaces pesant sur les ressources halieutiques.

Certains prédisent que les stocks de poissons seront épuisés dans un avenir proche, en 2048. Le constat est-il aussi alarmant que cela?

Globalement oui. Selon la FAO, organisation des Nations unies pour l’alimentation, plus des trois quarts des populations de poissons de la planète sont surexploitées, ou exploitées au niveau maximum. Plus près de nous, en Atlantique Nord-Est, 80% des stocks sont surexploités et plus de 15% sont épuisés. Même s’il faut se garder de généraliser car les situations varient selon les pêcheries[2], les stocks et les techniques de pêche utilisées, la situation est vraiment alarmante au niveau mondial.

Comment sont évalués scientifiquement les stocks? Ces évaluations sont-elles fiables?

La collecte des données se fait notamment grâce aux déclarations des captures des navires de pêche. Il y a également des campagnes scientifiques conduites sur des navires de recherche institutionnels ou sur des navires de pêche commerciale, qui peuvent livrer des indices sur l’abondance et la distribution du stock d’une espèce. Les scientifiques obtiennent leurs résultats par recoupement de ces diverses données. Pour que les scientifiques puissent évaluer et suivre l’état des stocks, il est important que les déclarations correspondent réellement à la quantité capturée.

Qu’est-ce qu’un poisson issu de la pêche durable? Un poisson pêché localement est-il un poisson durable?

Appliquée au secteur de la pêche, la notion de durabilité fait référence à un niveau d’exploitation qui ne remet pas en cause la capacité de renouvellement de l’espèce. Concrètement, une pêcherie durable cible des stocks halieutiques en bonne santé et utilise des techniques de pêche respectueuses de l’environnement. Un poisson local n’est pas nécessairement durable. Il existe des stocks locaux qui ne se portent pas bien.

L’aquaculture peut-elle constituer une piste d’avenir pour lutter contre l’épuisement des ressources marines?

L’aquaculture d’espèces carnivores ne règle malheureusement pas le problème de la surpêche. Elle consiste la plupart du temps à pêcher des poissons sauvages pour en nourrir d’autres dans une ferme d’élevage. A l’heure actuelle, il faut en moyenne entre 3 à 5 kilogrammes de poissons de fourrage pour produire 1 kg de poisson d’aquaculture. C’est comme cela que les stocks d’anchois au large de l’Amérique du Sud ont été fragilisés: ils ont été fortement exploités pour être transformés en farines destinées à l’aquaculture.

L’ONG dont vous êtes la directrice s’adresse en particulier aux acheteurs professionnels. Reste-t-il beaucoup de travail de sensibilisation à effectuer auprès de ces acteurs?

Oui, il reste beaucoup de travail pour que l’ensemble de la filière des produits de la mer s’oriente vers des achats durables. Nous travaillons en ce sens, et notamment avec les futurs chefs, via le premier concours culinaire national «produits de la mer durables»[3] que nous avons co-fondé avec l’Ecole de cuisine française Grégoire Ferrandi. Il n’existe pas encore de formation à la durabilité des produits de la mer dans les lycées hôteliers, et nous pensons qu’il est primordial de former la jeune génération qui pourra agir dès qu’elle entrera dans la vie active.

Propos recueillis par Eudoxie Jantet



[2] Pêcherie: ensemble constitué par une zone géographique, les stocks qui y sont exploités et les navires de pêche.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus