A l’ONF, des noms circulent pour la direction

Le 18 juillet 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Vers une nouvelle directrice à l'ONF
Vers une nouvelle directrice à l'ONF
VLDT

En pleine incertitude quant à son avenir, l’Office national des forêts (ONF) devrait être doté d’un nouveau directeur au cours des prochaines semaines. En l’état des courses, il s’agirait d’ailleurs d’une directrice, ce qui constituerait une première à l’ONF, a appris le JDLE.

Endettement de près de 400 millions d’euros, fonte continue des effectifs, climat social tendu… l’ONF va mal. Fin juin, le gouvernement a annoncé ses pistes d’action pour en rénover le pilotage et le financement, sur la base d’un rapport qui n’a été publié que lundi 15 juillet. Si les syndicats partagent son constat sur les causes du dysfonctionnement, ils craignent une privatisation rampante, au détriment des missions de service public.

C’est sur la base de ce rapport que sera rédigée la feuille de route du futur directeur de l’ONF. Après le départ, en janvier, de Christian Dubreuil, un directeur intérimaire a été désigné, en la personne de Jean-Marie Aurand, ancien directeur de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIVV). Trois noms circulent déjà pour lui succéder, en l’occurrence ceux de trois femmes, a-t-on appris de source proche du dossier. Quant à la date de nomination, elle demeure inconnue –contacté par le JDLE, l’ONF évoque une possible conférence de presse «à la rentrée».

Trois CV bien fournis

Parmi les candidates, Catherine Geslain-Lanéelle, 55 ans. Directrice générale de l’alimentation (DGAL) de 2000 à 2003, l’ingénieure agronome a dirigé l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) de 2006 à 2013. Après un retour au ministère de l’agriculture, elle a candidaté, sans succès, à la direction de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), où elle a été battue au premier tour (à 71 voix contre 108) par le Chinois Qu Dongyu.

Autre candidate, Hélène Pelosse, 49 ans, fut directrice adjointe de cabinet de Jean-Louis Borloo, de 2007 à 2009, au ministère de l’écologie. Elle est ensuite nommée directrice générale par intérim de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), poste dont elle a démissionné en 2010, sur pression, selon elle, de plusieurs pays, dont les Emirats arabes unis -qui hébergent l’agence. Elle œuvre depuis à l’Inspection générale des finances (IGF).

Enfin, Audrey Bourolleau, 39 ans, en partance de son poste de conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural du président de la république–en raison de tensions avec le ministre Didier Guillaume, affirmait L’Opinion fin avril. Référente agriculture d’En Marche pendant la campagne présidentielle, elle a surtout œuvré dans le domaine du vin, d’abord chez Baron Philippe de Rothschild, France Boissons, puis à l’Union des côtes de Bordeaux, avant de devenir directrice générale, en 2012, de Vin et Société, association de lobbying de la filière viticole.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus